Bonjour tout le monde. J'ai un commentaire d'histoire assez chaud à faire, j'aurai besoin d'idées s'il vous plaît: Le sujet est sur les étapes et conséquences de l'abolition de la peine de mort. Quelques sources comme le site du gouvernement ou l'assemblée nationale sont à utilisés, mais je ne sais pas par ou commencer.. Puis ensuite j'ai des arguments pour et contre cette abolition à trouver, en vue de faire un débat en classe. A l'aiiiiide. :c

2

Réponses

2013-04-22T14:33:39+02:00

Essaie d'abord de rassembler le maximum d'informations que tu trouves sur une feuille (les sites que tu as cité ont l'air de bonnes pistes), ensuite tu essaies de structurer. Tu as dis toi-même dans quel ordre il fallait que tu traites le sujet : "les étapes", "les conséquences", et "l'abolition"... Voilà les 3 axes de ton commentaire, je pense.

 

Pour tes arguments pour et contre, tu peux prendre des exemples concrets, par exemple l'affaire Troy Davis aux Etats-Unis (si tu as le droit de parler d'autre part qu'en France). Et pour le débat à l'oral, le mieux, c'est de prévoir les arguments de tes adversaires en plus des tiens.

 

Bon courage!

Meilleure réponse !
2013-04-22T14:57:45+02:00

L’abolition de la peine de mort en France en 1981 consacre un long combat deux fois centenaire, marqué par de nombreuses tentatives depuis la Révolution. 
Le vote de la loi Badinter par le Parlement le 9 mai remise définitivement la guillotine, tandis que le débat se focalise aujourd'hui sur la situation aux Etats-Unis. 
La peine de mort fait partie de l'humanité depuis des temps immémoriaux. Il semble 
qu'elle ait été acceptée universellement. Toutefois, depuis le 19ème siècle, elle est remise 
en cause par les « abolitionnistes ». Depuis lors, abolitionnistes et rétentionnistes se sont 
engagés dans un débat sur la question de la peine de mort fait d'émotions, de 
complexités, de controverses et de discordes. 
Pendant l'époque de la chrétienté, la peine de mort et la torture sont largement acceptées pour leur valeur rétributive et leur fonction d'exemple. Au XVIesiècle, le développement du pouvoir absolutiste permet au Roi d'user de son droit de donner la mort afin d'asseoir son autorité spirituelle et temporelle. Le nombre de cas d'incriminations est à nouveau augmenté, ainsi que les modalités d'exécution des supplices. Ces châtiments se veulent exemplaires, visant à dissuader et intimider les populations, afin d'obtenir leur adhésion au message d'obéissance à une époque où les moyens de répression sont très aléatoires. Aussi, cette rigueur commencera-t-elle à s'atténuer dès le milieu du XVIIe siècle, l'autorité de l'État ayant atteint une puissance inégalée. 
Aujourd'hui certains pays maintiennent la peine de mort et continuent d'exécuter les criminels condamnés à mort par leurs tribunaux ; d'autres ont totalement aboli la peine de mort et d'autres encore ont instauré, officiellement ou non, un moratoire sur l'exécution des personnes condamnées.