Nous étions un dimanche sur la grève, à l’éventail 1 de la porte Saint-Thomas à l’heure de la marée. Au pied du château et le long du Sillon, de gros pieux enfoncés dans le sable protègent les murs contre la houle. Nous grimpions ordinairement au haut de ces pieux pour voir passer au-dessous de nous les premières ondulations du flux. Les places étaient prises comme 5 de coutume : plusieurs petites filles se mêlaient aux petits garçons. J’étais le plus en pointe vers la mer, n’ayant devant moi qu’une jolie mignonne, Hervine Magon, qui riait de plaisir et pleurait de peur. Gesril se trouvait à l’autre bout du côté de la terre. Le flot arrivait, il faisait du vent ; déjà les bonnes et les domestiques criaient : « Descendez, Mademoiselle ! descendez, Monsieur ! » Gesril attend une grosse lame: lorsqu’elle s’engouffre entre les pilotis, il pousse l’enfant 10 assis auprès de lui ; celui-là se renverse sur un autre : celui-ci sur un autre : toute la file s’abat comme des moines de cartes 2 , mais chacun est retenu par son voisin ; il n’y eut que la petite fille de l’extrémité de la ligne sur laquelle je chavirai qui, n’étant appuyée par personne, tomba. Le jusant 3 l’entraîne; aussitôt mille cris, toutes les bonnes retroussant leurs robes et tripotant dans la mer, chacune saisissant son marmot et lui donnant une tape. Hervine fut repêchée ; mais elle 15 déclara que François l’avait jetée bas. Les bonnes fondent sur moi ; je leur échappe; je cours me barricader dans la cave de la maison : l’armée femelle me pourchasse. Ma mère et mon père étaient heureusement sortis. La Villeneuve4 défend vaillamment la porte et soufflette l’avant-garde ennemie. Le véritable auteur du mal, Gesril, me prête secours : il monte chez lui, et avec ses deux sœurs jette par les fenêtres des potées d’eau et des pommes cuites aux assaillantes.Elles 20 levèrent le siège à l’entrée de la nuit; mais cette nouvelle se répandit dans la ville, et le chevalier de Chateaubriand, âgé de neuf ans, passa pour un homme atroce, un reste de ces pirates dont saint Aaron avait purgé son rocher

Quelles informations le texte apporte t'il sur l'identité du narrateur ?

1

Réponses

2013-04-16T23:07:55+02:00

informations:

 

on sait que c'est un garçon car il dit:" j'étais le plus...." s'il avait été uNE fille  il aurait écrit la plus.

 

DE plus, on sait qu'il y a des bonnes et des domestiques avec lui et ses amis donc que ce sont des enfants.

 

JE pense qu'il s'appellent FRançois, car il y a un passage qui dit:

"mais elle 15 déclara que Français l'avait jettée bas.les bonnes fondent sur moi"

 

je pense donc vu ce passage que le narrateur s'appelle françois.

 

et là je me demande s'il n''a pas 9ans vu la fin du texte."âgé de 9ans"

 

 Voici mes pensées. A plus.