Réponses

2013-02-05T17:18:36+01:00
La subtilité de la problématique tient à ceci que, bien qu'il existe des oeuvres d'art dit "conceptuel", nous savons qu'une oeuvre d'art s'adresse à la sensibilité. Que l'oeuvre "touche", autrement dit, et qu'elle ne s'adresse pas à l'intellect. On peut donc non seulement aimer (comme ne pas aimer) une oeuvre sans la comprendre, mais encore l'oeuvre d'art est-elle précisément faite pour cela. Le problème est que cela ne veut pas dire qu'il n'y a rien à comprendre. L'oeuvre est au contraire un objet d'art dans la mesure où, en touchant au sentiment, elle donne beaucoup à penser en touchant au sentiment. Il n'y a pas que les oeuvres d'art qui nous touchent sans qu'on sache très bien pourquoi: on peut p. ex. comprendre quelqu'un sans un mot, d'un simple regard, à ses gestes, à l'émotion de sa voix. C'est souvent par ce chemin-là que passe le sentiment d'amour, bien que l'on puisse aimer quelqu'un pour sa fortune (mais on doute alors, parce que c'est un sentiment intéresser, qu'il s'agisse bien d'amour). C'est sur ce type de communication non verbale que l'art joue (un portrait, le comédien, un chant). C'est encore ce qui caractérise le jugement de goût: il est "sans concept", c'est-à-dire qu'il ne s'agit pas de soumettre le signe de la représentation, quelle qu'elle soit, à une définition qui en délivrerait le sens: un chien qui hurle à la mort nous peine immédiatement, sans qu'il soit besoin de passer par un dictionnaire pour savoir quelle est la signification du cri du chien. Le paradoxe étant qu'on puisse aimer une oeuvre d'art tragique, c'est-à-dire qui nous met dans un état de peine.