Bonjour, pouvez vous corriger svp


En quoi le recueil Les Mains libres pourrait-il être qualifié de jeu d’ombres et de lumière ? Justifiez votre réponse.


Man Ray (1890-1976), est un peintre, photographe, réalisateur de films, dessinateur, puis du Surréalisme en France.
Il arrive à Paris en 1921 et rencontre les écrivains surréalistes Louis Aragon, André Breton, Paul Eluard.
En 1935, puis en 1937, il collabore avec Paul Eluard.
• Film : Essai de simulation de délire photographique (1935).
• Peintures : Le beau temps (1939) ; Peinture naturelle (1958)…
• Dessins : Les Mains libres (1937)


Il a pas obscurité sans lumière, il as de la lumière dans l' obscurité et lui il a les deux dans ses œuvre


la lumière est très présent : plein soleil, brillante, feu, celui, soleil, chaleur. Elle met en évidence ce que les artistes cherchent à dire.
l'ombre renvoie l'imagination du lecteur au funeste, à la mort, au désordre, l'homme mauvais de la lumière et lui permet de relâcher ses pulsions néfastes




L'ombre et la lumière vont avoir une grande importance, puisqu'elles vont permettre de voir et de ne pas voir, qui met en lumière un personnage, un lieu, une action. choisir un détail ou un moment du récit en lui donnant une existence visuelle,
Grâce aux jeux d'éclairage à la volonté de l'auteur, nous pouvons distinguer trois utilisations des notions d'ombres et de lumière. l'ombre renvoie l'imagination et ce qu'on ne voit pas, et c'est pour cela qu'elle est inquiétante, et mystérieuse. La nuit, pleine d'ombre, protège l'homme mauvais de la lumière et lui permet de relâcher ses pulsions néfastes. La nuit est alors opposée au jour dans le sens où l'on fait la nuit ce que l'on n'ose pas ou ce que l'on ne peut pas faire de jour et la lumière renvoie au positif, à la vie et à l'espoir, utilisant l'ombre et la lumière,
Le même enchevêtrement de l'ombre et la lumière est présent chez les deux auteurs, ce qui révèle un même souci de la représentation de la subtilité et de l’ambiguïté de l'homme. Cela donne ainsi plus de poids sur lequel se fonde son recueil.
















1

Réponses

Meilleure réponse !
2014-10-28T07:47:59+01:00
En quoi le recueil Les Mains libres pourrait-il être qualifié de jeu d’ombres et de lumière ? Justifiez votre réponse.


Man Ray (1890-1976), est un peintre, photographe, réalisateur de films, dessinateur, fervent du Surréalisme en France.
Il arrive à Paris en 1921 et rencontre des écrivains surréalistes comme Louis Aragon, André Breton et Paul Eluard.
En 1935, puis en 1937, il collabore avec Paul Eluard.
• Film : Essai de simulation de délire photographique (1935).
• Peintures : Le beau temps (1939) ; Peinture naturelle (1958)…
• Dessins : Les Mains libres (1937)


Il n'y a pas obscurité sans lumière, il y a de la lumière dans l' obscurité et il y a les deux dans ses œuvres.


La lumière est très présente, on s'en rend compte par le champ lexical suivant  : plein soleil, brillante, feu, celui, soleil, chaleur. Elle met en évidence ce que les artistes cherchent à dire.
L'ombre renvoie l'imagination du lecteur au funeste, à la mort, au désordre, et l'homme mauvais de la lumière se permet de relâcher ses pulsions néfastes.


L'ombre et la lumière vont avoir une grande importance, puisqu'elles vont permettre "Le voir" et le "non-voir" nous apparaissent en pleine face grâce à l'ombre et à la lumière qui se lient avec une force importante., Tout ceci met en lumière un personnage, un lieu, une action. et permet de choisir un détail ou un moment du récit en le transformant en  une existence visuelle,
Grâce aux jeux d'éclairage et à la volonté de l'auteur, nous pouvons distinguer trois utilisations des notions d'ombres et de lumière. L'ombre renvoie l'imagination et ce que l'on ne voit pas, c'est donc pour cela qu'elle est inquiétante, et mystérieuse. La nuit, pleine d'ombres, protège l'homme mauvais de la lumière et lui permet de relâcher ses pulsions néfastes. La nuit est alors opposée au jour dans le sens où l'on fait la nuit ce que l'on n'ose pas ou ce que l'on ne peut pas faire de jour car on se serait découvert. La lumière renvoie au positif, à la vie et à l'espoir, utilisant l'ombre et la lumière,
Le même enchevêtrement de l'ombre et la lumière est présent chez les deux auteurs, ce qui révèle un même souci de la représentation de la subtilité et de l’ambiguïté de l'homme. Cela donne ainsi plus de poids sur lequel se fonde son recueil.