Je dois ecrire une redac de 2 copie double . On doit faire une histoire fantastique . Mais je n aie pas d idees

1
Oui stp
dans la case réponse
tu as e la chance on a étudier une histoire fantastique écrite par des élève tu la veux ou pas?
et si tu écrit un peu gros elle fera copie double
dsl... si l'histoire est bou t'a bou

Réponses

Meilleure réponse !
2014-10-22T09:14:24+02:00
« Moi, je ressentis la peur l’hiver dernier, par une nuit de décembre.
Moi, je parle de la vraie terreur, celle qui vous attrape et ne vous lâche plus, qui vous détruit jusqu’au commencement de votre âme. Elle vous étrangle ; vous rend fou et à sa merci.
Tout commença par un bruit. Un bien étrange son. Je l’entendis pour la première fois il y a deux ans. Ce bruit, on aurait dit une sorte de raclement contre le mur et des griffes que l’on aiguise. Ce son ne me fit pas vraiment peur, mais je ne l’oubliai pas.
Pendant toute une année, je ne l’entendis plus. Malheureusement, il n’en avait pas fini avec moi. 
En effet, un soir de pluie, j’appris la mort d’une jeune fille dans d’étranges circonstances :

Par la porte ouverte j’entendis les bruits de la fête. Un sourire aux lèvres malgré la douleur, la tristesse, le chagrin et la peur, je fus transportée dans une lente torpeur, elle était la bienvenue.
Je me réveillais dans ma chambre, croyant avoir rêvé.
Je vis mes poupées de porcelaine détruites comme dans mes songes. Où était-ce la réalité ? je tentai de me lever, mais une grande douleur déchira mon corps en entier. Je réprimai un cri mais des larmes coulèrent sur mes joues seuls témoins de ma souffrance. Je levais les yeux au plafond et distinguais dans la douce clarté de la chambre, un mot et puis autre chose.
« Je vis dans le passé, je fuis le présent et j’appréhende la futur »
Une grosse plume couleur suie tomba sur la couverture. »
En finissant le récit de mon histoire, je me rendis compte de deux choses :
Cette phrase avait symbolisé, à elle toute seule ma vie, cette dernière année.
Il me semblait apercevoir mon père, ou du moins il me laissait un message :
Elle gisait dans le fond de la pièce entre les doigts d’un bébé. La plume trop grosse pour un oiseau et noire comme la nuit…
FIN