Bonjour svp pouvez-vous me traduire ce récit en angais v'est URGENT!!!!!!!!!!!



La police reçut un appel téléphonique.
La police reçut un appel téléphonique d'un certain M.
Ford. Celui-ci dit à la police qu'il était le propriétaire d'un
immeuble et qu'il avait vu quelqu'unentrer dans un des
appartements (celui portant le n° 16) par une fenêtre
latérale. Il ajouta qu'il n'avait pas pu voir la personne très
distinctement parce qu'il pleuvait et qu'il faisait noir. Maisil
l'avait vu casser la vitre. Quelques secondes plus tard, il
avait entendu un coup de feu et avait immédiatement
appelé la police.
Quand la police arriva sur les lieux du crime, elle
trouva laporte de l'appartement ouverte. Dans la chambre,
il y avait une jeune femme. Elle portait un manteau. C'était
mademoiselle Girard, la secrétaire de la victime. Elle portait
un pistolet et criait :« Il est mort ! Il est mort ! »
Dans le fauteuil, près de la fenêtre, gisait le corps de
M. Martel, un avocat spécialisé dans les affaires criminelles.
Il était clair qu'il était mort. Sa têtereposait sur une
machine à écrire. Dans sa main, la photo d'une automobile
de marque américaine.
La police remarqua que la fenêtre avait été fracturée.
Elle était ouverte et il pleuvait sur leplancher. Il y avait des
morceaux de verre à l'extérieur de la fenêtre, dans le
parterre de fleurs. Les policiers notèrent également qu'il y
avait des empreintes de pieds laissées par des chaussures
defemme. Les pieds étaient pointés en direction de
l'immeuble.
Dans la chambre, rien d'anormal. À l'exception de
quelques gouttes de sang sur le plancher et d'un peu d'eau
près de la fenêtre, toutétait en ordre.
Quand les policiers interrogèrent mademoiselle Girard,
elle leur dit qu'elle était l'employée de M. Martel et que celuici
lui avait demandé de passer chez lui pour prendre desdocuments importants. Quand elle était arrivée, elle l'avait
trouvé mort.

1

Réponses

2014-10-19T14:15:10+02:00
The police received a phone call.
The police received a call from a Mr.
Ford. The latter told the police that he was the owner of a
building and saw in one of quelqu'unentrer
apartments (one bearing No. 16) by a window
side. He added that he could not see the person very
distinctly because it was raining and it was dark. Maisil
had seen him break the window. A few seconds later, he
heard a gunshot and immediately
called the police.When police arrived on the scene, she
laporte found the open apartment. In the bedroom
there was a young woman. She was wearing a coat. It was
miss Girard, Secretary of the victim. she was wearing
a pistol and shouted, "He's dead! He is dead! "
In the chair near the window, the body lay
Mr. Martel, a lawyer who specializes in criminal cases.
It was clear he was dead. On its têtereposait
typewriter. In his hand, a picture of a car
American brand.
Police noticed that the window had been broken.
It was open and it was raining on leplancher. There were
pieces of glass to the outside of the window, in the
flower bed. The police also noted that there
had footprints left by shoes
defemme. The feet were pointed towards
the building.
In the bedroom, nothing abnormal. Except
a few drops of blood on the floor and a little water
near the window, toutétait in order.
When police questioned miss Girard,
she told them she was an employee of Mr. Martel and celuici
asked him to go home to take desdocuments important. When she arrived, she had
found dead.