Bonjour j'aurais besoin d'une idée pour ma rédaction ..
voici la nouvelle dont on doit imaginer la suite :

«C'est dimanche matin, dix heures, au carrefour des rues Jacob et Bonaparte, dans le quartier Saint-Germain des Près. Un jeune homme qui vient du marché de Buci avance vers ce carrefour. Il a vingt ans, il est très misérablement habillé, il pousse une charrette à bras pleine de fleurs: c'est un jeune algérien qui vend à la sauvette, comme il vit, des fleurs. Il avance vers le carrefour Jacob-Bonaparte, moins surveillé que le marché et s'y arrête, dans l'anxiété, bien sûr.

Il a raison. Il n'y a pas dix minutes qu'il est là – il n'a pas encore eu le temps de vendre un seul bouquet – lorsque deux messieurs «en civil» s'avancent vers lui. Ceux-là débouchent de la rue Bonaparte. Ils chassent. Nez au vent, flairant l'air de ce beau dimanche ensoleillé, prometteur d'irrégularités. Comme d'autres espèces, ils vont droit vers leur proie.

«Papiers?». Il n'a pas de papiers lui permettant de se livrer au commerce des fleurs.

Donc, un des deux messieurs s'approche de la charrette à bras, glisse son poing fermé dessous et d'un seul coup de poing, il en renverse tout le contenu. Le carrefour s'inonde des premières fleurs du printemps.

Eisenstein (qui filma le landau dévalant l'escalier dans la scène la plus célèbre du film le Cuirassé Potemkine lors du massacre de la foule par les soldats sur les marches de l’escalier monumental d’Odessa), Eisenstein n'est pas là, ni aucun autre, pour relever l'image de ces fleurs par terre, regardées par ce jeune homme algérien de vingt ans encadré de part et d'autre par les représentants de l'ordre français.

Les premières autos qui passent, et cela on ne peut l'empêcher, évitent de saccager les fleurs, les contournent instinctivement. On n'écrase pas des fleurs... Personne dans la rue ne réagit, sauf si, une dame, une seule:

«Bravo! Messieurs cria-t-elle. Voyez-vous, si on faisait ça chaque fois, on en serait vite débarrassé de cette racaille. Bravo!»

Je dois terminer en racontant la réaction des témoins de la scène et en invantant le sort du jeune algérien .

voilà merci , j'attends votre aide avec impatience!

1

Réponses

2014-10-09T18:31:18+02:00

Les autres passant en entendant la femme s'exclamer comme ça, regardent le carnage des fleurs, se regardent entre eux puis plus rien. Ils ne savent que dire, oui, la racaille les ennuis mais jeter sur le trottoir d'aussi jolis fleurs est presque scandaleux. Puis l'homme qui avait jeté toutes ces fleurs par terre empoigna le bras du jeune algérien et le tira pour qu'il le suive. Evidemment, le jeune protesta, mais il ne pouvait pas le combattre tellement il était grand et fort par rapport à lui. Il se laissa donc emmener en se demandant où était passer la chance parce que depuis longtemps il n'en avait plus.
c'est pas mal mais j'aimerais faire intervenir quelques personnages choquée de la scène , je pensais faire intervenir le maire de la ville par exemple
Oui... mais utilise ce bout de passage si possible :p
oui je verrais merci de ton aide :)
Le maire ne peut pas vraiment dire quelque chose, les hommes sont des policiers au service de la mairie qui est dirigé par le maire donc c'est comme si il contestait son ordre
oui tu as raison ke vais y reflechur mais j'aimerais faire intervenir des personnages et il faudrais une chute a la fin