Réponses

Meilleure réponse !
2014-09-27T21:27:08+02:00
Chaque année, lorsque je vais en vacances, mes parents et moi allons voir mon grand-père dans sa maison en pleine campagne pour quelques jours.
Un matin, je me suis retrouvé(e) seul(e) avec mon grand-père et nous avons commencé à discuter:
-"Peux-tu me montrer ce que tu es en train de faire?" dit mon grand-père.
-"Je dois faire un devoir pour la rentrée, c'est une rédaction, j'ai commencé à écrire un peu, tu veux lire?" répondis-je.
-"Avec joie! Attends ici, je vais prendre mes lunettes." dit-il, enthousiaste. 
Une fois sa lecture terminée, il me rends la feuille.
-"C'est un bon début, mais tu as fait beaucoup de fautes d'orthographes. Tu en as fait au moins six!" s'étonna t-il.
-"C'est pas important, je voulais juste savoir si.."
-"Pas important? A mon époque, je peux t'affirmer qu'au delà de trois fautes dans une rédaction, tu avais un zéro tout rond. Tout à changé désormais, les enseignants sont moins strictes avec les élèves. Je me souviens qu'à l'époque où j'avais ton âge, la moindre bêtise était durement sanctionnée." raconte t-il.
-"Tu avais des heures de colle?" dis-je.
-"Pas seulement, certains nous tiraient les oreilles ou bien on pouvait recevoir des coups de règles sur les doigts aussi. On avait aussi intérêt à venir avec l'uniforme impeccable et apporter les livres scolaires demandés par le professeur." dit-il.
-"Heureusement que ça à changer alors! dis-je en rigolant.
-"Cela étant dit, je vais quand même t'aider à corriger ces horreurs. Regarde.." me dit-il en rayant mes fautes.
Il m'aida à rédiger mon devoir en faisant attention à ce que je ne recommence pas à faire d'autre fautes. Ainsi, la matinée passa assez rapidement.



2014-09-27T23:08:55+02:00
Tous les dimanches nous allons rendre visite à mes grands parents.
J'aime énormément dialoguer avec mon grand-père avec qui j'entretiens une relation fusionnelle.
Il est toujours de bons conseils, et je ne me lasse pas de l'écouter lorsqu'il me raconte son passé.
Ce dernière dimanche il me posa des questions sur ma rentrée scolaire.

"Alors, comment s'est passée cette rentrée' ?

-"Très bien" lui répondis-je avant de reprendre "je me suis fais de nouveaux copains"

"Ah, tant mieux"

Puis je le questionne à mon tour :
-"dis papy ? Comment c'était l'école à ton époque" ?

"Et bien de mon temps, nous nous rendions à l'école du village à pied. Nous avions tous le même uniforme, et nos cartables en cuir également se ressemblaient pratiquement tous. D'ailleurs, nous devions y faire très attention, car il devait tenir de la première à la dernière année scolaire."

Je l'interromps un instant :
-"Et bien ça ne devait pas être drôle, je préfère vivre à mon époque ! Moi, j'en suis au moins à mon quatrième cartable, et c'est maman ou papa qui me conduisent à l'école"

"Et oui, les temps ont bien changés, les instituteurs étaient d'ailleurs bien plus sévères que maintenant. Dès que l'on entendait le coup de sifflet, nous nous mettions en rang sans aucun bruit, et si l'un de nous enfreignait les règles il avait le droit à une punition"

-"Quoi comme punition" ? Lui demandais-je surpris.

"Cela dépendait de la gravité. Nous avions le droit au coin où l'on devait rester quelques minutes ou à la règle sur le bout des doigts mais il y avait aussi le bonnet d'âne que l'on devait porter lorsque nous ne savions pas nos suffisamment nos leçons".

Je me mis à rire un instant à l'idée du bonnet d'âne, puis je questionne à nouveau.
-"Et c'est vrai que vous n'aviez pas de stylo" ?

"Oui, nous avions un porte-plume  que l'on trempait dans des encrier, et un buvard pour ne pas tâcher nos cahiers. Nous devions écrire correctement et ne surtout pas déborder sur les lignes. Mais c'était une question d'habitude, et nous nous entraînions".

-"Et bien nous on a des ordinateurs, c'est cool ! Pour écrire on tape sur le clavier".

"C'est le progrès ! Mais je ne regrette absolument pas d'avoir vécu à cette période tu sais. Nous n'avions grand chose, mais nous nous amusions de rien. Les garçons jouaient aux billes et les filles aux osselets. Nous nous contentions de peu. A présent, plus vous en avez et plus vous en voulez". 
Il s'arrête un instant, pose sa main sur ma tête et me dit :
"Tu sais mon  petit, il faut bien travailler à l'école si tu veux un jour devenir quelqu'un et avoir un bon métier. C'est une chose primordiale. Peu importe ce que tu possèdes ou non, les vrais valeurs ne sont pas là"

Je lui souris et lui réponds !
"Oui je sais papy, je te le promets"



Voilà :)








* IlS devaiENT tenir, (pour les cartables) des encrierS