Réponses

Meilleure réponse !
2014-06-19T06:54:27+02:00
De Gaulle revient à la tête de la France en 1958 grâce à sa réélection universelle. La nouvelle constitution de la 5eme république est alors mise en place, c'est donc à ce moment-là qu'il décide de dissoudre l'Assemblée Nationale et qu'il nomme son premier ministre qui est responsable devant lui. De part son puissant pouvoir, il voudrait rendre la France aussi forte et indépendante que lui, c'est la raison pour laquelle  un référendum décide de l'indépendance de l'Algérie en 1962. 
Il veut une France solide et affranchie du monde bipolaire et de la domination des Etats-Unis sur l’Occident. C'est en 1960, la France se munit de la bombe atomique, elle se rapproche ensuite de l’Allemagne (traité franco-allemand en 1963). De Gaulle condamne la politique américaine au Vietnam (guerre du Vietnam). Enfin le développement.
Le développement économique engendre des projets considérables tels que le Concorde,  soutenus financièrement par l’Etat.  La population se tertiarise, le travail se féminise et l’exode rurale se généralise. Mais cette situation idéale va vite basculer vers le temps des contestations.
La popularité du général de Gaulle s’effrite. En 1965, il est réélu au 2ème tour avec 55% des voix face à Mitterrand. Mais c’est en mai 1968 que le pouvoir fait face à un malaise social. La crise de mai 68 débute avec des manifestations étudiantes qui contestent la société de consommation, les inégalités sociales, les institutions et qui aspirent à plus de libertés. La crise gagne le monde du travail : la France est paralysée par des grèves massives avec occupation des usines. Les ouvriers veulent que leur salaire soit augmenté et exigent du temps libre. Le gouvernement doit réagir face à cette "Révolution" car en plus, la gauche réclame le départ du général de Gaulle. Le Premier ministre Georges Pompidou, signe avec les syndicats les Accords de Grenelle (augmentation des salaires, droit syndical reconnu dans l’entreprise). Puis de Gaulle dissout l’Assemblée Nationale. Aux élections de juin 1968, les français, inquiets du désordre, votent massivement pour les gaullistes. Cependant, le départ du général est vite anticipé. En 1969, 53% des français votent " non" au référendum sur la régionalisation et la réforme du sénat. Ayant annoncé qu’il quitterait le pouvoir si le "non" l’emportait, de Gaulle démissionne le 28 avril 1969. Georges Pompidou lui succède mais quatre ans plus tard c’est le choc pétrolier : c’est la fin des "Trente glorieuses". Cet évènement handicapera surtout le mandat de Valéry Giscard d’Estaing qui verra le pays confronté à la crise économique, au chômage et à la rigueur.
Malgré sa fin anticipée, la présidence du général de Gaulle reste ancrée dans l’Histoire de la France et dans les esprits. La Vème République qu’il a fondé demeure toujours et cette année nous avons "commémoré" les 40 ans de mai 68.