texte CHOISIR LA LIBERTE de Robert Desnos

Quelles expressions du poème se rapportent au sens propre de COEUR ? Lesquelles se rapportent à son sens figuré? Observez en particulier les emplois du verbe BATTRE

Merci de bien vouloir me donner une début de réponse parcaque je suis dessus depuis plusieurs heures et mes réponses ne sont pas cohérentes

val.

1
Ce cœur qui haïssait la guerre voilà qu’il bat pour le combat et la bataille !
Ce cœur qui ne battait qu’au rythme des marées, à celui des saisons, à celui des heures du jour et de la nuit,
Voilà qu’il se gonfle et qu’il envoie dans les veines un sang brûlant de salpêtre et de haine.
Et qu’il mène un tel bruit dans la cervelle que les oreilles en sifflent,
Et qu’il n’est pas possible que ce bruit ne se répande pas dans la ville et la campagne,
Comme le son d’une cloche appelant à l’émeute et au combat.
Écoutez, je l’entends qui me revient renvoyé par les échos.
Mais non, c’est le bruit d’autres cœurs, de millions d’autres cœurs battant comme le mien à travers la France.
Ils battent au même rythme pour la même besogne tous ces cœurs,
Leur bruit est celui de la mer à l’assaut des falaises
Et tout ce sang porte dans des millions de cervelles un même mot d’ordre :
Révolte contre Hitler et mort à ses partisans !
Pourtant ce cœur haïssait la guerre et battait au rythme des saisons,
Mais un seul mot : Liberté a suffi à réveiller les vieilles colères
Et des millions de Français se préparent dans l’ombre à la besogne que l’aube proche leur imposera.
Car ces cœurs qui haïssaient la guerre battaient pour la liberté au rythme même des saisons et des marées,
du jour et de la nuit.
voila

Réponses

2014-05-11T16:03:31+02:00
Ce cœur qui haïssait la guerre voilà qu’il bat pour le combat et la bataille ! (figuré)
Ce cœur qui ne battait qu’au rythme des marées, à celui des saisons, à celui des heures du jour et de la nuit,(figuré)
Voilà qu’il se gonfle et qu’il envoie dans les veines un sang brûlant de salpêtre et de haine.(propre)
Et qu’il mène un tel bruit dans la cervelle que les oreilles en sifflent,(propre)
Et qu’il n’est pas possible que ce bruit ne se répande pas dans la ville et la campagne,(figuré)
Comme le son d’une cloche appelant à l’émeute et au combat.(figuré)
Écoutez, je l’entends qui me revient renvoyé par les échos.
Mais non, c’est le bruit d’autres cœurs, de millions d’autres cœurs battant comme le mien à travers la France.(figuré)
Ils battent au même rythme pour la même besogne tous ces cœurs,(propre)
Leur bruit est celui de la mer à l’assaut des falaises
Et tout ce sang porte dans des millions de cervelles un même mot d’ordre :
Révolte contre Hitler et mort à ses partisans !
Pourtant ce cœur haïssait la guerre et battait au rythme des saisons,(figuré)
Mais un seul mot : Liberté a suffi à réveiller les vieilles colères
Et des millions de Français se préparent dans l’ombre à la besogne que l’aube proche leur imposera.
Car ces cœurs qui haïssaient la guerre battaient pour la liberté(figuré) au rythme même des saisons et des marées,
du jour et de la nuit.



ect..16 questions en tout...mais bon.
Je suis à cours d 'inspiration pour la mini rédac. Composez trois vers en respectant le modèle des trois premiers vers du poème de R D et en évoquant un refus ( "ce coeur qui.../ce coeur qui.../voilà qu 'il...)
Est ce que vous avez encore le temps de m' aider un peu pour finir ?
j' ai fini !
desoléeje viens de voir ta notification cool si tu as fini alors