Bonjour, pourriez vous m'aider à trouver des axes d'analyses pour le texte suivant (extrait du Père Goriot de Balzac). J'aimerais 2 grandes parties avec 2 ou 3 sous-parties. Merci beaucoup !

Entre ces deux personnages et les autres, Vautrin, l'homme de quarante
ans, à favoris peints, servait de transition. Il était un de ces gens
dont le peuple dit: Voilà un fameux gaillard! Il avait les épaules
larges, le buste bien développé, les muscles apparents, des mains
épaisses, carrées et fortement marquées aux phalanges par des bouquets
de poils touffus et d'un roux ardent. Sa figure, rayée par des rides
prématurées, offrait des signes de dureté que démentaient ses manières
souples et liantes. Sa voix de basse-taille, en harmonie avec sa grosse
gaieté, ne déplaisait point. Il était obligeant et rieur. Si quelque
serrure allait mal, il l'avait bientôt démontée, rafistolée, huilée,
limée, remontée, en disant: Ça me connaît. " Il connaissait tout
d'ailleurs, les vaisseaux, la mer, la France, l'étranger, les affaires,
les hommes, les événements, les lois, les hôtels et les prisons. Si
quelqu'un se plaignait par trop, il lui offrait aussitôt ses services.
Il avait prêté plusieurs fois de l'argent à madame Vauquer et à quelques
pensionnaires; mais ses obligés seraient morts plutôt que de ne pas le
lui rendre, tant, malgré son air bonhomme, il imprimait de crainte par
un certain regard profond et plein de résolution. A la manière dont il
lançait un jet de salive, il annonçait un sang-froid imperturbable qui
ne devait pas le faire reculer devant un crime pour sortir d'une
position équivoque. Comme un juge sévère, son oeil semblait aller au
fond de toutes les questions, de toutes les consciences, de tous les
sentiments. Ses moeurs consistaient à sortir après le déjeuner, à
revenir pour dîner, à décamper pour toute la soirée, et à rentrer vers
minuit, à l'aide d'un passe-partout que lui avait confié madame Vauquer.
Lui seul jouissait de cette faveur. Mais aussi était-il au mieux avec
la veuve, qu'il appelait maman en la saisissant par la taille, flatterie
peu comprise! La bonne femme croyait la chose encore facile, tandis que
Vautrin seul avait les bras assez longs pour presser cette pesante
circonférence. Un trait de son caractère était de payer généreusement
quinze francs par mois pour le gloria qu'il prenait au dessert.

1

Réponses

Meilleure réponse !
2014-05-06T13:38:36+02:00
Je propose "Le chien a mangé son doigt de pied" et "La souris a bouffé l'ongle du chien" en parties et en sous-parties, pour la 1ère partie, je propose "Son doigt de pied le démange" et "Il finit donc par le lécher puis, le ventre vide, le bouffer" et pour la 2ème partie, "Elle trouva les déchets du chien" et "Elle eu tellement pitié qu'elle bouffa son ongle".

Voilà ! J'espère que ça va te convenir !
Merci beaucoup !! Tu me sauves la vie ! <3
Mais de rien, c'était avec joie et plaisir de te venir en aide ma chère sœur ! :)<3