Bonjour, j'aurai besoin des lecture analytiques, avec un plan pour quelques scènes de Lorenzaccio, (j'ai perdue certaines feuilles de mes cours).

Il me faudrait :

-acte I scène 6
-acte III scène 3
-acte IV scène 3

Merci d'avance

1
Finalement, j'ai besoin de :
-acte IV scène 3
-acte I scène 6

Réponses

2014-04-27T13:07:02+02:00
Acte IV scène 3 de Lorenzaccio (ps: t'as tout ce qu'il te faut sur internet) :

I. Les interrogations sur son acte

Un acte contre sa nature : le meurtre paraît incompatible avec sa nature profonde : les images du passé le montre « j'ai aimé ».
L’observation de la nature paisible « les fleurs », « les prairies » -> goût pour la solitude et l'isolement. Il également est amateur de poésie : « les sonnets de Pétrarque ».
-> Sa nature d'origine paraît incompatible avec le criminel qu'il devient.
Remise en cause de ses motivations : il n'en a pas de véritables pour tuer Alexandre : « Que m'avait fait cet homme ? », « m'avait-il offensé alors ? » -> Retour d'humanité envers Alexandre : « il a fait du mal aux autres mais il m'a fait du bien, du moins à sa manière ».Lorenzo bénéficie d'un traitement particulier « Si j'étais resté tranquille » : c'est lui-même qui est allé le chercher.Lorenzo est comme poussé par des forces qu'il ne contrôle pas.Un acte qui le dépasse : beaucoup de phrases interrogatives : « Pourquoi » répété 4 fois, « que veut dire cela ? » -> Doute, hésitation.
« cette joie brûlante comme un fer rouge » Oxymore (« joie brûlante ») qui montre que le plaisir contraste avec la douleur de tuer -> masochisme caché.
« le spectre de mon père me conduisait-il ? », « j'ai tout quitté » -> Folie ?
Le meurtre d'Alexandre est associé à la propre destruction de Lorenzo : métaphore filée : « la seule pensée de ce meurtre a fait tomber en poussière les rêves de ma vie », « ruine », « corbeau sinistre » (annonce la mort des deux.)
Les interrogations de Lorenzo sur l'assassinat se doublent d'interrogations sur sa personne.


II. Les interrogations sur sa personne

Son hérédité : il se présente comme issu d'une hérédité féroce et mystérieuse : « de quel tigre... ? », « de quelles entrailles fauves, de quels velus embrassements...? »
-> images de la sexualité et de la brutalité troublantes.
La seule fois où son père est évoqué, c’est sous la forme d’un spectre.
Interrogation sur sa nature humaine « sont-ce bien les battements d'un cœur humain ? »Illusions sur sa personne : il pense être un être d'exception, il y a une exaltation du moi : « suis-je le bras de dieu ? »
Allusion a l'archange Gabriel « épée flamboyante ».
Allusions aux mythes antiques dont il se sert pour s'expliquer lui-même.


Conclusion

    Cette scène de Lorenzaccio est très révélatrice du fait que l'acte de Lorenzo est poussé par des forces inconnues et son orgueil, malgré que le duc ne lui ait rien fait et qu'il le porte dans son estime.