1.relevez les marques de personnes de"' mais d' autre part" a même pas en théorie" que constatez- vous?
2.
même question pour le passage cité dans la question 1.; il oppose un
argument a un autre? il donne une explication? il reconnait une part de
vérité aux arguments d' autrui?
3. que pensez- vous de la décision finale de la narratrice? et pourquoi?

tous vos réponse devront être justifie

Dans cet extrait

du roman, une jeune femme mariée se trouve brusquement confronté à sa condition de femme au foyer lorsqu’elle

entend ce reproche de son mari ;< je trouve que tu aurais pu ranger mon pull ce matin.

Elle se souvient des raisons pour

lesquelles elle avait choisi d’être

fem
J’ avais pourtant choisi de faire des études

encouragée dans cette voie par mes parents tout comme ils avaient

encouragé mon frère cependant entre le garçon et la fille subsistait une différence lui étudiait pour

apprendre un bon métier tandis que moi j’étudiais parce que j’ étais douée traaé douée avait dit le psychologue

scolaire ce serait vraiment dommage de ne pas situation délicate car d’ une

part puisque j’ étais traaé douée il allait de soi que ma vie future ne s’ arrêterait

pas à celle de mes hypothétiques rejetons j’ avais d’ ailleurs toujours

contesté comme instinctivement depuis ma plus tendre enfance le rôle traditionnel

de l’ épouse- mère –confiture maison- rôti- de- bœuf pour être sure de ne jamais tomber dans le piège je
me au foyer.


prenais de très haut toutes les taches mènagères.et a dix-huit ans ma

réputation n’ ‘tait plus à faire dans les raccommodages monstrueux les tartes

brulées et les macarons saccagés .mais d’ autre part dans notre famille on ne

demandait pas aux femmes de gagner leur vie les pères étaient là pour ça et les maris prenaient joyeusement la

relève une femme libérée était une femme aimée libérée de tout travail rémunéré

par l’amour de son mari ni plus ni moins pour elle un métier né tait à envisager que dans le cas

d’ une bien improbable catastrophe.

Un père dénaturé la guerre ou l’abandon par

son mari -O la pauvre elle doit

travailler. Même le veuvage ne posait pas problèmes car un bon mari ne meurt

pas comme chacun le sait. S’il doit

laisser les siens dans le besoins .quant

au divorce pas la peine d’en parler il n’existait même pas en théorie donc

apprendre un métier était pour moi totalement hors de propos. Un manque de

confiance .manifeste en l’v avenir une injure à mon père et à mon futur mari un

égocentrique mesquin du gaspillage la facilité a la dernière mode.





1

Réponses

Meilleure réponse !
2014-04-21T14:45:07+02:00
Relevez les marques de personnes de «  mais d’ autre part » a même pas en théorie, que constatez- vous ? Je ma mais ; 1 er personne ;
elle parle d’elle, mais  d’autre part »
dans notre famille on ne demandait pas aux femmes de gagner leur vie, même pas en théorie » donc apprendre un métier »
 



Quels rôle joue, l’argumentation, le passage cité dans la question8; il repousse un argument? Il justifie une position? C’est une conclusion? 9.) La narratrice justifie sa position, son choix de faire des études quand elle était jeune. Elle pensait travailler, avoir une carrière. Apparemment cela ne s'est pas passé comme elle espérait, vraisemblablement sous l'influence de ses parents, de son milieu.   10)   11) que pensez – vous de la décision finale de la narratrice ? Quant au divorce pas la peine d’en parler il n’existait même pas en théorie donc apprendre un métier était pour moi totalement hors de propos. Un manque de confiance .manifeste en l’avenir une injure à mon père et à mon futur mari un égocentrique mesquin du gaspillage (’ elle  aurait voulu faire des études, elle pensait travailler, j’avais d’ ailleurs toujours contesté comme instinctivement depuis ma plus tendre enfance le rôle traditionnel de l’épouse- mère –confiture maison- rôti- de- bœuf pour être  sûr de ne jamais tomber dans le piège) Sa décision finale a été de devenir mère au foyer, après avoir bien réfléchit


Dans notre famille on ne demandait pas aux femmes de gagner leur vie les pères étaient là pour  ça et les maris prenaient joyeusement la relève une femme libérée était une femme aimée libérée de tout travail rémunéré par l’amour de son mari ni plus mais d’autre (c’était les pères, et les maris, qui devait travaillent et non les femmes dans leur   milieu)