Poeme a décrire SVP ( champs lexicaux, description du poeme ...)


Cher frère blanc



Quand je suis né, j’étais noir,

Quand j’ai grandi, j’étais noir,

Quand je suis au soleil, je suis noir,

Quand je suis malade, je suis noir,

Quand je mourrai, je serai noir.



Tandis que toi, homme
blanc,

Quand tu es né, tu étais
rose,

Quand tu as grandi, tu étais
blanc,

Quand tu vas au soleil, tu es
rouge,

Quand tu as froid, tu es
bleu,

Quand tu as peur, tu es
vert,

Quand tu es malade, tu es
jaune,

Quand tu mourras, tu seras
gris.




Alors, de nous deux,

Qui est l’homme de couleur ?






2

Réponses

2014-04-11T21:11:26+02:00
Chp lexical de la couleur noir, lignes ...
chp lexical dla couleur blanche, lignes...
répétition de quand lignes...

sa maide pas bcp sa :(
a part ça je vois pas quoi relever
Meilleure réponse !
2014-04-11T21:46:15+02:00
Ce poème est un poème engagé de Léopold Sédar Senghor, homme politique et poète sénégalais.

Ce poème est composé de trois strophes de longueur inégale. Le vers utilisé est le vers libres, sans rime, et le poème est d'une composition simple.

Deux hommes : un noir, et un blanc. Deux si ressemblants mais différents à la fois.
L'homme noir s'adresse à l'homme blanc. Ce dernier est le destinataire de ces mots.

La première strophe, plus courte, est construite sur l'emploi du pronom personnel de la 1ère personne du singulier , le "je", le je de celui qui parle, qui n'est autre que l'homme noir.
Il y a la répétition de certains mots en début et fin de vers : "quand", et "noir". Cette répétition ou anaphore, est là pour insister sur l'idée de constance. En effet, à tous les âges, l'homme noir ne change pas de couleur de peau, de même son état émotionnel n'affecte en rien la couleur de sa peau.

A cela, le poète oppose le changement de couleurs chez l'homme blanc en fonction de son âge, son état émotionnel.

Le champ lexical utilisé est celui de la couleur, ici il s'agit de la couleur de peau.
Il est bien question de la couleur de la peau et de la différence entre le blanc et le noir.

Dans la deuxième strophe, le pronom personnel employé est le "tu". En effet, le poète s'adresse à l'homme blanc, son semblable, son frère.

La leçon de ce poème, on la retrouve dans les deux derniers vers :

"Alors de nous deux qui est l'homme de couleur". Le poème se termine, après la comparaison développée dans les deux strophes, sur une interrogation. Le poète, l'homme noir pose cette question à l'homme blanc afin qu'il se remette en question, ou se "mette en question". 

Etant ici rappelé que la périphrase "homme de couleur" est employée pour désigner l'homme noir.