Bonjour j'aurais besoin de votre aides svp.

Complétez la terminaison des verbes : Choisissez: aient / ait / ais / er / é / ée / és / ées.

Puis, en rodant par tous les coins de cette demeure qu'elle allait abandonnée, elle monta, un jour, dans le grenier.

Elle demeura saisie d'étonnement ; c'étais un fouillis d'objets de toute nature, les uns bris(....) , les autres salis seulement, les autres mont(....) là on ne sait pourquoi, parce qu'ils ne plais(....) plus, parce qu'ils avaient été remplac(....).

Elle apercev(.....) mille bibelots connu jadis, et disparus tout à coup sans qu'elle y eût song(....), des riens qu'elle avit mani(....), ces vieux petits objets insignifiants qui avaient traîn(....) quinze ans à côté d'elle, qu'elle avait vus chaque jour sans les remarqu(....), et qui, tout à coup, retrouv(...) là, dans ce grenier, à côté d'autres plus anciens dont elle se rappel(....) parfaitement les places aux premiers temps de son arrivée, prend(...) une importance soudaine de témoins oubli(...), d'amis retrouv(...). Ils lui faisaient l'effet de ces gens qu'on a fréquent(....) longtemps sans qu'ils se soient jamais révél(...) et qui soudain, un soir, à propos de rien, se mettend à bavard(...) sans fin, à racont(...) toute leur âme qu'on ne soupçonn(....) pas.

MERCI A CEUX QUI M'AIDERON !!!!

2

Réponses

2012-11-05T19:19:25+01:00

Puis, en rodant par tous les coins de cette demeure qu'elle allait abandonnée, elle monta, un jour, dans le grenier.

Elle demeura saisie d'étonnement ; c'étais un fouillis d'objets de toute nature, les uns brisés , les autres salis seulement, les autres montés là on ne sait pourquoi, parce qu'ils ne plaisaient plus, parce qu'ils avaient été remplacés.

Elle apercevait mille bibelots connu jadis, et disparus tout à coup sans qu'elle y eût songé, des riens qu'elle avait maniés, ces vieux petits objets insignifiants qui avaient traîné quinze ans à côté d'elle, qu'elle avait vus chaque jour sans les remarquer, et qui, tout à coup, retrouvait là, dans ce grenier, à côté d'autres plus anciens dont elle se rappelait parfaitement les places aux premiers temps de son arrivée, prenait une importance soudaine de témoins oubliés, d'amis retrouvés. Ils lui faisaient l'effet de ces gens qu'on a fréquenté longtemps sans qu'ils se soient jamais réveillés et qui soudain, un soir, à propos de rien, se mettend à bavarder sans fin, à raconter toute leur âme qu'on ne soupçonnait pas.

 

J'espère t'avoir été utile :)

Meilleure réponse !
2012-11-05T19:19:55+01:00

Puis, en rodant par tous les coins de cette demeure qu'elle allait abandonnée, elle monta, un jour, dans le grenier.

Elle demeura saisie d'étonnement ; c'étais un fouillis d'objets de toute nature, les uns bris(és) , les autres salis seulement, les autres mont(és) là on ne sait pourquoi, parce qu'ils ne plais(aient) plus, parce qu'ils avaient été remplac(és).

Elle apercev(ait) mille bibelots connu jadis, et disparus tout à coup sans qu'elle y eût song(é), des riens qu'elle avit mani(ait), ces vieux petits objets insignifiants qui avaient traîn(és) quinze ans à côté d'elle, qu'elle avait vus chaque jour sans les remarqu(é), et qui, tout à coup, retrouv(é) là, dans ce grenier, à côté d'autres plus anciens dont elle se rappel(ait) parfaitement les places aux premiers temps de son arrivée, prend(rait une importance soudaine de témoins oubli(és), d'amis retrouv(és). Ils lui faisaient l'effet de ces gens qu'on a fréquent(é) longtemps sans qu'ils se soient jamais révél(lés) et qui soudain, un soir, à propos de rien, se mettend à bavard(er) sans fin, à racont(er) toute leur âme qu'on ne soupçonn(ait.) pas.