Réponses

2014-03-02T12:34:53+01:00
La justice est l'action par laquelle l'autorité judiciaire reconnait le droit d'autrui.
Elle est donc une barrière à l'homme qui ne doit pas pouvoir se venger seul. La justice ne va pas forcément dans le sens que l'on veut et parfois, il nous vient à l'esprit d'y faire obstruction et de se débrouiller seul. Seulement, les lois sont là pour nous rappeler l'ordre des choses et étant victime nous pouvons devenir l'auteur de crime.
Pourtant il arrive parfois que nous pensions que le crime auquel nous sommes confrontés n'est pas suffisamment puni ou même pas du tout puni, par faute de preuves ou autres, et un sentiment de vengeance est plus fort que tout et nous amène à faire justice soi même. Mais il faut savoir que si nous réglons nos problèmes par nous mêmes nous manquons cependant d'objectivité et de recul, la vengeance n'est pas forcément la solution à notre mal être. Pour garder une certaine lucidité il est nécessaire d’engager une personne neutre afin de rendre la sentence juste.

Ce mode de justice ne peut pas exister dans notre société car il entrainerait une anarchie certaine et aurait un effet inverse. Au lieu de calmer le "jeu", elle ne provoquerait que de la violence. Nous pouvons noter que si un sentiment de rancœur persiste même après le jugement, alors il réside un problème dans la justice et/ou dans le propre de l’homme. En effet il est possible que l’homme ne soit pas adapté à la justice de sa société. Possible alors que le propre de l’homme est de se venger personnellement et tant que cela ne sera pas
ait aucune justice ne sera prêter la sentence adéquate à ses yeux. De ce fait, les textes de lois les plus anciens, décrivent une forme de loi du Talion, dans le but de définir une réponse proportionnée au tort causé par l'agresseur. À la genèse de la justice résidait déjà l’envie d’appliquer la sentence la plus juste aux yeux de la victime. La vengeance n’est pas qu’une simple course à la justice. Celle-ci procure un soulagement, ou en tout cas ceci en est l’effet attendu. La Justice sera alors un intermédiaire qui ne fait que refouler la soif de vengeance, donc de soulagement de l’individu. Elle peut donc être vue comme une barrière néfaste. Pour véritablement apprécier la justice, il est nécessaire de prendre sa parole, son jugement comme vérité absolue, à l’image d’une parole divine et accepté alors le fait que nous n’avons aucun pouvoir sur celle-ci, elle est extérieur, étrangère à nous au contraire de la vengeance. Soulagement qui peut vite se transformer en culpabilité, sentiment qui s’explique par notre transition, de victime à bourreau. Mais la justice permet aussi de prévenir cette culpabilité en punissant avec la loi. L’influence que nous avons reçue dans notre vie est le miroir de notre détermination. Dans un pareil cas la détermination est le seul ingrédient qui va faire ou non qu’on se fasse justice soit même. L’influence se matérialise sous différent aspects. Tout d’abord l’éduction religieuse par exemple où tout type de représailles et de violence est à bannir. Dans ce cas alors la question de se faire justice ne se posera pas puisque nous avons été formatés selon un seul type de réaction, ici faire appel à la justice. Se faire justice comprend aussi d’autres facteurs. Si nous assistons au meurtre d’un proche notre réaction ne sera pas équivalente à un autre délit mineur .Notre réaction est donc dans un sens déterminer par la gravité de l’acte subit. L’autre facteur qui peut être pris en compte est sans aucun doute le degré de connaissance que nous avons avec la victime. Notre réaction sera différente si le trouble touche un membre de notre famille ou un étrange inconnu. Ce critère peut être qualifié d’instinct primaire, en effet si la victime est un proche, l’instinct de défense prendra le dessus, à l’inverse d’un inconnu ou un instant de réflexion sera nécessaire. Les deux derniers critères sont à relativiser selon les individus. Certaine personne auront la même réaction qu’il s’agit d’un inconnu ou d’un proche. Un dernier critère implicite nous influence grandement à se faire justice soit même et ceux dès l’enfance. Prenons les bandes dessinées, celle-ci montre les actions héroïques de personnages au super pouvoir. Quoi alors de plus réjouissant pour un enfant de reproduire les actions de leurs modèles ? Cependant la manière de faire justice n’est pas laissée au hasard. Jamais un héros ne provoque jamais la mort de son adversaire, montrant ainsi la barrière à ne pas dépassé entre le « bien » et la « mal »…
Depuis l’Enfance nous sommes bercé par des histoires héroïque en tout genre .Il est possible de reproduire ces actes et se faire justice soit même, reste ensuite à en assumer les conséquences. Plusieurs facteur peuvent nous influencé dans un sens ou un autre. Dans la société dans laquelle nous vivons la vengeance apporte souvent plus de culpabilité et de complication que de soulagement, il est donc préférable de se référer au système judiciaire.