Sujet. Obéir aux lois est-ce renoncer à sa liberté?
Voila ce que j'ai commencer a faire. Je ne trouve pas de réponse qui soit contradictoire a la première. DOnc je ne trouve pas non plus de solution au probléme de base.


Introduction non achever.


Obéir aux lois, est-ce
sacrifier sa liberté? Obéir, c'est se soumettre à quelqu'un ou quelque chose:
faire ce que demande un supérieur, se conformer à une règle morale, à une loi
juridique. Une loi est une règle
d'action imposée à tous les membres d'une société par un pouvoir souverain qui dispose
de la force pour sanctionner les infractions. Or l'homme libre c'est celui qui
décide et fait ce que bon lui semble, sans être sous contrainte. Ainsi l'obéissance
aux lois ne pourrait-elle pas remettre en cause notre liberté? Pourtant nous
sommes dans l'obligation de "vivre ensemble" (H. Arendt) étant donner
que nous ne vivons pas en parfaite autarcie. La liberté ne consiste pas à faire
ce que l’on veut, mais à faire ce que l’on doit.




Partie 1.
A première vue, obéir, c'est en effet renoncer à être
libre, c'est à dire à abandonner volontairement sa liberté naturelle. En effet,
le système des impôts lèse ma liberté, en ce sens que je suis contraint, ce qui
suppose l’exerce d’une force coercitive extérieure, de verser à l’État une
somme d’argent fixée, quelle qu'en soit ma volonté. Si la loi a été instituée, c’est
aussi pour briguer la liberté effrénée originairement à l’œuvre dans l’état de
nature. Car il est clair que trop de libertés tuent la liberté : en effet, si
la liberté est conçue comme un absolu inconditionnel, alors mon semblable est
en droit de venir me tuer, ce qui vient effectivement annihiler la liberté dont
je suis pourtant porteur.


Ainsi, la liberté devient
instrument de discorde, et c’est pourquoi la société civile conceptualisée par
Hobbes devient indispensable. Dès lors, la liberté est dépositaire de la paix
sociale, elle est par là même ce par quoi l’existence de la collectivité est
pérennisée, et c’est la raison pour laquelle elle peut venir attenter à ce que
je perçois comme relevant de « ma liberté », ce qui suggère que la liberté n’est
pas un bien souverain universalisable, mais immanente à chaque homme.

1

Réponses

2014-02-28T14:53:03+01:00
Si les lois n existaient pas, certaines de nos libertees ne seraient pas compromisent? si trop de libertee tu la libertee mais que trop de lois tu la lois, le systeme mondial ne serait il pas defaillant? et envers chaque etre humain? mais en fait le systeme se moule aux gens, a chaque opinion. les lois sont faites pour que tout les monde puisse avoir une certaine libertee, sans inegalitee