Réponses

2012-11-01T20:17:22+01:00

J'ai un mémo bac Terminale S de 2008 qui pourrait grandement t'aider ! Je vais essayer de te mettre des axes interessants (Désolé si je t'embrouille plus qu'autre chose):

En gros, je partirais sur du "oui,peut être" sur la première partie puis sur "non,peut être" sur la deuxième partie puis, enfin, sur du "non" pour la conclusion

 

En intro: Définir le désir : etymologiquement, c'est le regret d'un astre disparu, c'est la nostalgie d'une étoile.Il vient du latin "desiderare" qui signifie regretter l'absence de quelqu'un ou de quelque chose.

Déjà,ici, se révele l'ambiguïté du désir : c'est à la fois le cruel constat d'un manque et le préssentiment d'un objet suscéptible de le combler.

 

Pour les parties je choisirais:

I/ Le désir doit être maitrisé, et pour cela, différentié  , en ce sens, il est primordial de distinguer les bons des mauvais désirs afin de les maîtriser

sous axes:        

                         a.Le désir maitrisé peut nous amener à la connaissance

                                 ref:dans "Philèbe", Platon analyse le désir sur le modèle de la faim ou de la soif; en affirmant que l'approbation de l'objet n'est pas le véritable but du désir,Platon minimise le rôle du plaisir.Cependant, le désir sous la forme de l'amour peut avoir une valeur initiatrice.Le désir de la beauté physique amène au désir de la beauté des actes puis, enfin, à la beauté des connaissances et des pensées.Dans ce sens, il est nécessaire de distinguer les désirs afin d'arriver à la connaissance.

                        b.La conquête de la liberté interieur passe par la différenciation et la maîtrise du désir

                                 ref:Pour Epicure,il y a des désirs naturels et nécessaires (manger boire), il y a des désirs naturels et nn nécessaires(amour) et il y a des désirs ni naturels et ni nécessaires(vêtements raffinés et coûteux);Ces derniers sont vains car apportent plus de douleurs que de plaisirs.Philo°stoicienne : le sage n'oppose plus les désirs et les choses, ce qu'il désir, ce sont les choses telles qu'elles adviennent=> présupposé: ce qui advient à été voulu par les dieux

                       c.Le désir nous ouvre à l'intersubjectivité (il nous renseigne sur nous même)

                                 ref:Hegel reconnait que le désir est destructeur, qu'il renaît à sa propre satisfaction mais qu'il ne faut pas le réprimer.Le sujet donc que le désir n'est plus simplement un rapport égoiste à soi mais il est également position de l'autre.Au sens fort du terme, le désir est, pour Hegel, constitutif du sujet. En ce sens il ne faut ni le renier ni le disséquer.Ce qui amène à la prochaine partie :

 

II/L'homme est t'il un être de raison ou de désir ?   , en ce sens, il ne faut pas distinguer bon de mauvais désirs car ils font partie intégrale du sujet.

 sous axes:

                      a.L'homme en tant qu'être de raison  

                                ref: On a coutume de considérer que la raison est l'essence de l'homme et que le désir nous rapproche de l'animalité.Ainsi,Kant considère l'homme comme un animal doué de raison.Dans "Fondements de la métaphysique des moeurs" il affirme que l'homme est un être pouvant prendre ses distances à l'égard de ses désirs.

                     b.Le désir est l'essence même de l'homme

                               ref : Spinoza affirmait que "le désir est l'essence même de l'homme", ce n'est donc plus la raison qui définit l'homme. Dans ce sens, différentier les désirs serait vouloir la destruction même de l'homme.Pour lui, le désir doit se réaliser pleinement car c'est l'aliénation du désir qui est source de malheur. Pour lui, seul le désir de la joie peut permettre à l'homme de se libérer le l'imagination destructrice et source d'asservissement.