Coucou c'est un devoir de français et l,ai besoin d'aide c'est un sujet d'imigination
Raconter une scène lors de laquelle vous avez été témoin d'une injustice
maxi 30 ligne ou donner moi au moins une idée d'injustice.:-)
merci et c'est pour demain donc svp

2

Réponses

2014-02-19T00:12:02+01:00
je sortais du gym , il etait environ 7 heures du soir . il avait plut et je ne pouvais pas attendre pour prendre un bain chaud a  mon apartement . Arrive dans un corridor a peu pres 15 minutes de ma maison j'entends les pleurs d'une femme et la voix d'un homme , je pencha ma tete pour mieux regarder la scene. C'etait deux femmes une blonde qui avait la peau si blanche que je pouvais la voir dans la nuit et une autre brunette qui etait si noir on dirait qu'elle et la nuit faisait une seule . Il y'avait un policier qui etait au milieu de ces deux femmes , il me semblait qu'elles etaient en train de se battre et le policier lui les avait interrompu .J'allais partir et continuer sur la route mais le policier etait en train de dire des mots mechants et cruels a la dame noire et il commenca a la frapper en lui disant qu'elle n'etait qu'une negresse et qu'elle ne devait pas frapper une femme blanche . La femme pleurait et demandait pardon mais c'est la que le policier sorta son arme et donna a la femme noire 3 balles dans la tete . Je suis rester beant pendant environ dix minutes je ne pouvais pas croire a ce que j'avais vu il n'a meme pas vingts minutes . Ce monde est pouri c'est quoi la difference entre les noirs ou les blancs , rouge , marron n'importe quelle couleur qu'il soit nous sommes tous des humains et c'est ca qui compte . Helas! ils ne pensent pas tous comme moi meme si il y en avait il existe peu comme ca . A Dieu le monde cruel.
tu pourras developper ou rajouter des choses si tu veux
Melly ce que tu racontes là n'est pas une injustice mais un meurtre!
c'est une injustice
2014-02-19T03:34:07+01:00


Je rentrais comme tous les mardis de mon cours de théâtre et il était aux alentours de 21 heures. L'hiver s'était bel et bien installé et ce jour-là, il gelait à pierre fendre. J'étais pourvu de gants, bottines , écharpe et veste de ski pour braver ce froid de gueux. Tout à coup, dans cette portion du quartier habituellement déserte, j'aperçois de loin une scène étrange entre deux personnes. Vu de loin, l'une semble assise tandis que l'autre est debout. Je ne sais pas trop ce que je dois faire mais comme c'est mon chemin, je me dis que je continue. Après tout, je ne suis pas bien loin de la maison. Arrivé à la hauteur des deux hommes, je comprends mieux ce qui se passe. Un homme dépenaillé est assis dans le renfoncement d'une entrée qui fait face à une grille d'aération du métro. L'autre tente de le déloger de là en lui donnant des coups de pied et en l'insultant. Je ne sais pas s'il est sobre mais il a l'air violent. Le premier est sans doute un SDF qui cherche un refuge pour la nuit. Je passe d'abord mon chemin et j'appelle mon père. J'en tremble de rage et de dépit car je ne ferais pas le poids face à l'homme violent. Mon père est contrarié et me dit d'abord de passer mon chemin et rentrer immédiatement. Puis il cède à mon insistance et arrive sur les lieux 5 minutes plus tard. Le SDF est toujours aux prises des invectives de l'autre qui commence à s'acharner. Mon père appelle la police d'urgence et va trouver le type violent. Il lui demande ce qui se passe et l'autre répond que l'on a de la vermine partout en ville et qu'il faut s'en débarrasser. Mon père le prend à parti et lui interdit de poursuivre ses violences. Le vieux bonhomme est recroquevillé sur lui-même et pleure doucement. Evidemment, le violent est récalcitrant et se met à menacer papa aussi. C'est alors que la police arrive : les agents embarquent immédiatement le grossier personnage pour voie de fait et appellent les secours d'urgence pour l'autre.

Nous assistons à leurs tentatives désespérées pour lui trouver un toit pour la nuit et finalement, mon père et moi nous regardons : c'est nous qui l'accueillerons cette nuit.

Il a accepté notre aide ce soir-là. Ma mère lui a servi un repas en même temps qu'à moi, lui a prêté un pyjama et a lavé ses pauvres vêtements. On lui a fait un lit sur le divan. Mais le lendemain matin, il était déjà reparti et non ...il n'a rien volé!