Bonjour,
pouvez-vous m'aidez a faire l'analyse de "fluid" Corbeau et fraises de Claire Morgan en utilisant le document en pièces jointes. Je met aussi en pièces jointes la peinture.
Merci d'avance

  • Demande plus d'informations
  • Suivre
  • Signalement d'un abus
par Lolau3
Se connecter pour ajouter un commentaire

Réponses

  • rihabchared
  • Novice

Réponse :

ExplicationClaire Morgan

Jeune artiste irlandaise, Claire Morgan s’approprie la taxidermie pour mettre en

perspective « l’immortalité comme un mystère impénétrable » dans une

conscience de l’impermanence des choses.    

Si la taxidermie est présente dans l’art d’après‐guerre chez les artistes comme

R. Rauschenberg (les Combines de 1954 à 1962) et plus tard chez Jannis

Kounellis (1979), l’animal empaillé est fortuit. Pour Claire Morgan en revanche,

c’est lui qui mène la danse, qui est au centre de l’événement, c’est par lui que

tout arrive.

Étymologiquement, « taxidermie » signifie « la mise en ordre de la peau », il

s'agit donc d'une manière de repositionner les choses dans leur contexte.  

Maurice Blanchot écrit que « la mort suspend la relation avec le lieu », que « la

présence cadavérique établit un rapport entre ici et nulle part ». Il en va de

même avec la dépouille animale. Le vivant que l'animal était est insituable,

mais le mort qu’il est devenu à beau s’être transformé en « chose », en objet de

taxidermie, c’est à partir de ce moment qu’il commence à ressembler à lui‐

même. Il y a un devenir‐monument de l’oiseau qui est « si absolument lui‐

même qu’il est comme doublé par soi ». N’étant plus accaparé par l’action,

n’étant plus fonctionnel, il apparaît. (Antonin Artaud)

L'artiste récolte elle‐même des animaux morts accidentellement et les

empaille. Ils sont ensuite mis en scène dans des constructions géométriques

d’insectes, de pissenlits, de plastiques colorés, etc. Cette rencontre des plus

étranges crée une fragilité, un instant suspendu, un « arrêt sur image ». Claire

Morgan concentre dans ses installations une force et une énergie qui imposent

à elles seules une forte présence. Le territoire devient l’espace. Espace

qu'Albert Einstein aurait peut‐être défini par « rien n’est fixe… ». Il émane

cependant de cet univers une énergie qui paraît comme solidifiées :

0.0
0 vote
0 vote
Evaluer!
Evaluer!
  • Commentaires (1)
  • Signalement d'un abus
merci
Se connecter pour ajouter un commentaire
The Brain
  • The Brain
  • Guide
La réponse ne te satisfait pas ?
La réponse ne te satisfait pas ?
Améliore tes résultats grâce à Nosdevoirs ! Améliore tes résultats grâce à Nosdevoirs !
Un problème avec tes devoirs ?
  • 80% des questions reçoivent une réponse en moins de 10 minutes
  • Des réponses détaillées et expliquées
  • La qualité des réponses est garantie par nos experts
UTILISER L'APPLICATION