Écrire la suite de ce texte en 10 lignes maximum

Un jeudi, en revenant de son bureau, Camille amena vers lui un grand gaillard, carré des épaules , qu'il poussa dans la boutique d'un geste familier.
"Mère, demanda-t-il à Madame Raquin en le lui montrant, reconnais-tu ce monsieur là?"
La vieille mercière regarda le grand gaillard, chercha dans ses souvenirs et ne trouva rien.
"Comment! reprit Camille, tu ne le reconnais pas Laurent, le petit Laurent, le
fils du père de Laurent qui a de si beaux champs de blé au côté du Jeufosse?
Tu ne te rappelles pas? J'allais à l'école avec lui; il venait me chercher le matin, en sortant de chez son oncle qui était notre voisin, et tu lui donnais des tartines de confiture."



1

Réponses

2014-02-16T11:55:10+01:00
-Ha oui, je me souviens! Dieu que le temps passe vite, je te revois encore tout môme et voilà que devant moi se dresse un homme. Vous en avez fait des bêtises tous les deux.
Tu te souviens donc de mes bonnes tartines de confitures ? Moi je me souviens très bien que tous les jours après que ton oncle vous ait déposé à l'école, il venait bavarder avec moi et se faisait énormément de soucis  car tu travaillais mal à l'école, il se demandait ce qu'il allait faire de toi.
- Je l'ignorais, mais je suis devenu styliste, et je voulais savoir si vous accepteriez de travailler pour moi, vous êtes une excellente couturière, je m'en souviens, vous reprisiez mes caleçons troués et mes chaussettes, vous m'aviez aussi offert un tablier fait de vos mains pour l'école.
- Tu rigoles ? Je passe mes journées entières dans cette mercerie ou j'ai très peu de clients, ce serait le rêve pour moi que celui de devenir couturière, tu te souviens donc de mes doigts de fée ?
-Biensûr madame, c'est pourquoi je fais appelle à vous, je veux du travail fait main, les jeunes de maintenant veulent tout faire à la machine et c'est tout à reprendre.
- Je commence quand ?
-Le plus rapidement possible.