Le café est de loin la principale ressource de l’Ethiopie. Il représente entre 40 % et 60 % de ses exportations et assure la survie d’environ 15 millions de personnes, essentiellement des familles d’agriculteurs pauvres. Pour tenter d’accroître ses revenus et se protéger de l’effondrement catastrophique des prix comme entre 2000 et 2003, Addis-Abeba cherche à déposer la marque des régions où sont produits les cafés les plus réputés Sidamo, Yirgacheffe et Harar, à l’image du cognac ou du roquefort.

Mais l’Ethiopie se heurte à Starbucks. La multinationale utilise abondamment les noms éthiopiens pour vendre ses breuvages et ne veut pas entendre parler de marques à rémunérer. Oxfam, organisation anglaise prônant le commerce équitable, accuse depuis des mois le groupe américain de priver les fermiers éthiopiens d’au moins 90 millions de dollars de revenus supplémentaires par an. « Les cafés Harar et Sidamo sont vendus jusqu’à 24 et 26 dollars par livre par Starbucks. Les agriculteurs qui les cultivent reçoivent entre 60 cents et 1,10 dollar par livre », explique Seth Petchers d’Oxfam.

La première tentative de l’Ethiopie pour protéger la marque Sidamo remonte à mars 2005. Le dossier soumis au bureau américain des brevets US Patent and Trademark Office (USPTO) a finalement été rejeté. Starbucks avait auparavant cherché à déposer une marque comprenant le mot Sidamo. La campagne menée par Oxfam a tout de même contraint Starbucks à changer de stratégie et à s’abriter derrière la National Coffee Association (Association nationale du café américaine ou NCA). Pour refuser la demande éthiopienne, l’USPTO cite la NCA affirmant que les noms de régions sont « génériques ».

Addis-Abeba a jusqu’à la fin du mois pour faire appel et le fera sans doute. Mais le pays a un besoin vital de vendre son café. Le gouvernement éthiopien a offert en échange d’une marque un accord de licence gratuite à Starbucks. Onze distributeurs américains de café ont déjà accepté la proposition. Il y a deux semaines, le premier ministre éthiopien, Meles Zenawi, a reçu le patron de Starbucks, Jim Donald. Mais ce dernier reste inflexible.

écric leser,le monde

1)Pourquoi la culture du café est-elle vitale à un pays comme l'éthiopie?justifiez

2)pourquoi l'éthiopie veut déposer la marque de plusieurs de ses cafés?justifiez

3)Quelle est la réaction de l'entreprise Starbucks face à cette décision éthiopienne?justifiez

4)pourquoi peut-on dire que cet article du journal "le monde"est représentatif des relations qui existent entre les pays du nord et les pays du sud?justifiez

"svp j'ai besoin d'aide pour répondre à ses questions,proposez moi des réponse"je suis ouverte à toute proposition merci :)

2

Réponses

2012-10-26T15:15:03+02:00

Bonjour,

 

As-tu lu le texte ?

Tout est dedans...

 

1) Il représente entre 40 % et 60 % de ses exportations et assure la survie d’environ 15 millions de personnes, essentiellement des familles d’agriculteurs pauvres.

le pays a un besoin vital de vendre son café.


 2) le groupe américain de priver les fermiers éthiopiens d’au moins 90 millions de dollars de revenus supplémentaires par an.


3)Elle a cherché à copier la marque éthiopienne : Starbucks avait auparavant cherché à déposer une marque comprenant le mot Sidamo.


4) Les pays du nord exploitent ceux du sud : Les cafés Harar et Sidamo sont vendus jusqu’à 24 et 26 dollars par livre par Starbucks. Les agriculteurs qui les cultivent reçoivent entre 60 cents et 1,10 dollar par livre », explique Seth Petchers d’Oxfam.


A+


Meilleure réponse !
2012-10-26T15:21:03+02:00

1) Le culture du café est vitale car elle représente entre 40 et 60% des exportations de l'éthiopie ce qui est énorme et comme le dit le texte c est la principale ressource de ce pays. Pays qui est pauvre et en voie de développement (tu peux chercher des chiffres sur internet pour affirmer cette pauvreté). Le café assure les revenus de 15 millions d'éthiopiens (là encore recherche sur internet le nombre d'habitant en éthiopie). De plus la majeure partie de ces 15 millions sont des agriculteurs déja pauvres donc sans le café ils ne pourraient pas vivre du tout tandis que là ils survivent.

 

2) Elle veut déposer la marques de ses cafés qui sont produits dans plusieurs régions du pays pour avoir la légitimité du produit et pouvoir pratiquer de meilleurs prix. La les exemple sont le roquefort et le cognac pour la france qui sont des marques déposés et Aoc. Le café vient d'éthiopie, il est fabriqué en éthiopie mais les grosse multinationale s'empare du produit, l'achète à un prix dérisoire pour le revendre 20 voire 30 fois plus cher dans le monde entier. Ce qui fait perdre comme le dit le texte 90millions de dollars à l'éthiopie ce qui est énorme forcement!

 

3)Starbucks empêche le dépot de marque car forcément si elle accepte elle va perdre beaucoup d'argent et si elle veut utiliser les marques éthipienne elle devra payer beaucoup plus que 60 centimes pour les avoir. Donc c'est juste une question d'argent et elle ne veut pas rentrer dans le système de commerce équitable et préfère appauvrir l'éthiopie pour faire encore plus de bénéfices.

 

4)Il est représentatif car cet article est un exemple entre beaucoup d'autres (il faudrait faire d'autres recherches avec le riz en asie, le pétrole au moyen-orient, les fruits en afrique etc etc pour justifier) 

Même si le commerce équitable progresse de plus en plus, encore beaucoup de personnes vivant dans les pays du sud se font exploiter par les pays du nord. Tu pourrais également parler des délocalisations de grosses entreprises, multinationales françaises, américaines par exemple qui sont implantées en asie et qui sous paient leurs employés pour faire de plus gros bénéfices.

 

J'espère que je t'aurai un peu aidé mais toutes mes réponses méritent encore d'être développée et illustrées par des exemples plus concrets. bon courage.