Bonjour a tous voila je dois rendre pour lundi la suite d'un récit de Muset pourriez vous me dire si mon texte est bien?:)

Comment cela était possible? Je la regardais d'un air surpris, étonné et choquer. C'était bien elle mon ancienne maîtresse . Elle était ravissante, resplendissante elle n'avait pas changer, sont sourire illuminait sont visage. Elle m’interpella. Son visage s'animait mais je n'entendais pas ce quelle me disait . La revoir provoqua en moi un réel choc. Je me mis a trembler comme une feuille. En la regardant je revivais d'un seul coup le passé, le ventre serré.

Ces deux derniere année j'avais perdue toute illusion sur les femmes. Je repensais a ce somptueux souper auquel nous étions aller ensemble. Je n'arrivais pas a oublier sont visage, a l'effacer de ma mémoire. L'image de mon ancienne maitresse ne m'avait jamais quitté, elle me hanté jour et nuit. Je ne comprenait toujours pas comment elle avait pue me trahir sans aucun regret sans aucun remord. Elle m'avait rendue malade, triste désespéré sans aucun avenir avec les femmes. Avec elle j'avais perdue le goût de vivre, la passion de l'amour. Depuis ma rencontre avec cette odieuse sournoise je ne pouvais plus faire confiance aux femme , je ne pouvais plus m'approcher d'une d'elle sans arrière pensé.

Elle demeurée silencieuse un instant. Puis elle me murmura doucement : « Octave je vous ai toujours aimée » . N'avait-'elle pas honte de me dire cela après tout le mal quelle m'avait fait, je parvins enfin a lui tenir tête : « Madame, j'ai tenté il y a deux ans maintenant de vous épargner une scène désagréable, je peut vous dire maintenant ce que j'ai sur le cœur, vous êtes lâche et infidèle. Maintenant que cela est dit passer votre chemin et essayer de ne plus jamais recroiser le miens ». Sur ces mot, je partis dignement, soulagé. Ma blessure s'était ouverte.

1

Réponses

2014-02-08T20:44:56+01:00
Comment cela était possible ? Je la regardais d'un air surpris, étonné et choqué. C'était bien elle mon ancienne maîtresse . Elle était ravissante, resplendissante elle n'avait pas changé, sont sourire illuminait sont visage. Elle m’interpella. Son visage s'animait mais je n'entendais pas ce quelle me disait . La revoir provoqua en moi un réel choc. Je me mis à trembler comme une feuille. En la regardant je revivais d'un seul coup le passé, le ventre serré. Ces deux dernières années j'avais perdu toute illusion sur les femmes. Je repensais à ce somptueux dîner auquel nous étions allés ensemble. Je n'arrivais pas à oublier son visage, à l'effacer de ma mémoire. L'image de mon ancienne maîtresse ne m'avait jamais quitté, elle me hantait jour et nuit. Je ne comprenais toujours pas comment elle avait pu me trahir sans aucun regret sans aucun remord. Elle m'avait rendu malade, triste, désespéré, sans aucun avenir avec les femmes. A cause d'elle j'avais perdu le goût de vivre, la passion de l'amour. Depuis ma rencontre avec cette odieuse sournoise, je ne pouvais plus faire confiance aux femmes , je ne pouvais plus m'approcher d'une d'elles sans arrières pensées. Elle demeurait silencieuse un instant, puis elle me murmura doucement : «  Octave je vous ai toujours aimé » . N'avait-t-elle pas honte de me dire cela après tout le mal qu'elle m'avait fait, je parvins enfin à lui tenir tête : « Madame, j'ai tenté il y a deux ans maintenant de vous épargner une scène désagréable, je peux vous dire maintenant ce que j'ai sur le cœur, vous êtes lâche et infidèle. Maintenant que cela est dit, passez votre chemin et essayez de ne plus jamais recroiser le mien ». Sur ces mots, je partis dignement, soulagé. Ma blessure s'était ouverte.