Bonjour j'ai un commentaire à rendre lundi sur le texte de Faydeau : On purge bébé !
Je dois le rendre lundi, j'ai déjà commencé à trouver mes axes de lecture, je voulais savoir ce que vous en pensiez, et me donner des éléments supplémentaires que je pourrais ajouter dans chacune de ces parties.

I. Une scène d'exposition non-traditionnelle
II. Une scène comique

Voilà le texte :

Scène première.
Follavoine, puis Rose.
Au lever du rideau, Follavoine, penché sur sa table de travail, la jambe gauche repliée sur son fauteuil de bureau, la croupe sur le bras du fauteuil, compulse son dictionnaire.
Follavoine, son dictionnaire ouvert devant lui sur la table : Voyons:»Iles Hébrides ?...
Iles Hébrides ?...» (On frappe à la porte. - Sans relever la tête et avec humeur.) Zut ! entrez ! (A Rose qui paraît.) Quoi ? Qu’est-ce que vous voulez ?
Rose, arrivant du pan coupé de gauche : C’est Madame qui demande Monsieur.
Follavoine, se replongeant dans son dictionnaire et avec brusquerie : Eh bien, qu’elle vienne !... Si elle a à me parler, elle sait où je suis.
Rose, qui est descendue jusqu’au milieu de la scène : Madame est occupée dans son cabinet de toilette; elle ne peut pas se déranger.

Follavoine : Vraiment ? Eh bien, moi non plus ! Je regrette ! Je travaille.
Rose, avec indifférence : Bien, Monsieur.
(Elle fait mine de remonter.)
Follavoine, relevant la tête, sans lâcher son dictionnaire, sur le même ton brusque :
D’abord, quoi ? Qu’est-ce qu’elle me veut ?
Rose, qui s’est arrêtée à l’interpellation de Follavoine : Je ne sais pas, Monsieur.
Follavoine : Eh bien, allez lui demander !
Rose : Oui, Monsieur.
(Elle remonte.)
Follavoine : C’est vrai ça !... (Rappelant Rose au moment où elle va sortir.) Au fait, dites donc, vous...!
Rose, redescendant : Monsieur ?
Follavoine : Par hasard, les... les Hébrides...?
Rose, qui ne comprend pas : Comment ?
Follavoine : Les Hébrides ?... Vous ne savez pas où c’est ?
Rose, ahurie : Les Hébrides ?
Follavoine : Oui.
Rose : Ah ! non !...non ! (Comme pour se justifier : ) C’est pas moi qui range ici !... c’est Madame.
Follavoine, se redressant en refermant son dictionnaire sur son index de façon à ne pas perdre la page : Quoi ! quoi, «qui range» ! les Hébrides!...des îles ! bougre d’ignare !... de la terre entourée d’eau... vous ne savez pas ce que c’est?
Rose, ouvrant de grands yeux : De la terre entourée d’eau ?
Follavoine : Oui ! de la terre entourée d’eau, comment ça s’appelle ?
Rose : De la boue ?
Follavoine, haussant les épaules : Mais non, pas de la boue ! C’est de la boue quand il n’y a pas beaucoup de terre et pas beaucoup d’eau; mais quand il y a beaucoup de terre et beaucoup d’eau, ça s’appelle des îles !
Rose, ahurie : Ah ?
Follavoine : Eh bien, les Hébrides, c’est ça ! c’est des îles! par conséquent, c’est pas dans l’appartement.
Rose, voulant avoir compris : Ah ! oui !... c’est dehors !
Follavoine, haussant les épaules : Naturellement ! c’est dehors.
Rose : Ah ! ben, non ! non je ne les ai pas vues.
Follavoine, quittant son bureau et poussant familièrement Rose vers la porte pan coupé : Oui, bon, merci, ça va bien !
Rose, comme pour se justifier : Y a pas longtemps que je suis à Paris, n’est-ce pas ...?
Follavoine : Oui !... oui; oui !
Rose : Et je sors si peu !
Follavoine : Oui ! ça va bien ! allez !... Allez retrouver Madame.
Rose : Oui, Monsieur !
(Elle sort.)

Follavoine : Elle ne sait rien cette fille ! rien ! qu’est-ce qu’on lui a appris à l’école ? (Redescendant jusque devant la table contre laquelle il s’adosse.) «C’est pas elle qui a rangé les Hébrides» ! Je te crois, parbleu ! (Se replongeant dans son dictionnaire.) «Z’Hébrides... Z’Hébrides...»
(Au public :) C’est extraordinaire ! je trouve zèbre, zébré, zébrure, zébu !... Mais pas de Zhébrides, pas plus que dans mon oeil ! Si ça y était, ce serait entre zébré et zébrure. On ne trouve rien dans ce dictionnaire !

(Par acquit de conscience, il reparcourt des yeux la colonne qu’il vient de lire.)

1

Réponses

2014-02-01T12:36:04+01:00
Je pense que c'est plutôt bon (en fonction aussi de ce que tu mettras en sous parties) mais pour le grand un j'aurais mis plutôt une partie quant au rapport de la supériorité culturelle (par exemple de Follavoine vis-à-vis de Rose) qui pourrait en le traiter d'une façon rechercher donner un pont vers ta deuxième partie (par exemple, tu décris cette scène ou Follavoine montre sa ''supériorité'' intellectuelle et tu peux en tirer un aspect comique qui te mènera directement vers ta partie 2 en occurrence ''Une scène comique. 
Je pense plutôt garder ma première partie, ma professeur nous avait éguiller vers celle-ci, même si j'étais du même avis, car je voulais faire une partie pour montrer la volonté de l'auteur de critiquer de façon humoristique les relations humaines (en l'occurence ici la relation servante/maître) enfin bon.. J'ai déjà trouvé une introduction, j'arrive cependant pas à trouver assez d'éléments ni de conclusion qui regroupe l'ensemble de mes parties.. pourrais-tu m'aider ?