SUJET

Décrivez un paysage ou un batiment qui a suscité votre

émerveillemant(vous pouvez aussi décrire un lieu ou un batiment imaginaire)

Vous vous efforcerez de faire partager votre éblouissement à votre lecteur en vous

inspirant des procédés mis en oeuvre dans le texte de marco polo

POUR PREPARER VOTRE TRAVAIL

a.utilisez dans votre description différents procédés d'insistance:adjectif qualificatif au superlatif , énumération, proposition subordonnée introduite par tel...que,si...que.

b.Choisissez des champs lexicaus adaptés à ce que vous décrivez (lumière,grandeur,richesse,etc.).

1
OK bah je te dit un idé" ; tu peut le faire sur "disney land
ben marque moi le texte
Un jour j'ai découvert une belle oeuvre.......
apres je c pas jr'ai des devoirs mais j'ai essayée bon courage
okii mercii ;) pas grave

Réponses

2014-01-31T13:17:16+01:00
Je voyageais pour la première fois dans les Caraïbes et mon point de chute se trouvait dans la partie la plus sauvage et la moins habitée de l'île, au bord de la mer Caraïbe. Comme j'étais arrivée de nuit, j'avais beau tenter de scruter les alentours pendant le trajet qui me menait à ma destination finale, je ne distinguais rien . Ce n'est que le lendemain matin que je pus enfin voir les paysages que l'on m'avait tant vantés. J'étais absolument stupéfaite de ma découverte ! Des collines escarpées tout autour du camp où je me trouvais portaient une végétation luxuriante , verte et épaisse surplombée un peu partout de palmiers et d'autres essences tout aussi imposantes. Je n'avais jamais vu ça et j'étais absolument hypnotisée par le spectacle majestueux de la nature environnante. Ici et là, des frangipaniers en fleur puis le vert, le vert explosif décliné dans toutes ses variantes, telles qu'un peintre n'aurait pu les imaginer. Pas de bruit de la civilisation, juste le ronronnement de la nature. A peine revenue de ma découverte que je me tournais vers la mer dont j'entendais le clapotis en bruit de fond. Pas de plage à proprement parler, mais des abords caillouteux où venait mourir l'immensité cristalline. Le plus beau des tableaux décliné en bleu et vert turquoise jusqu'à l'horizon alors que le soleil semblait plus présent encore tandis qu'il se reflétait à l'infini. Une mer de diamants dont l'invitation était des plus tentantes. Telles furent mes premières impressions au paradis terrestre.