Réponses

2014-01-26T01:37:36+01:00
Ni l'un, ni l'autre, en réalité.

Voici mon opinion: l'État a pour fonction de faire fonctionner les mécaniques de la société qu'il gouverne. Les notions "liberté" et "bonheur" ne sont que des données à prendre plus ou moins en compte selon les objectifs définis par le gouvernement pour faire en sorte que cela fonctionne.
- La liberté est communément reconnue et identifiée comme un droit dans les sociétés démocratiques. Ce droit n'est pas (et ne peut pas être) absolu et est donc encadré selon les "besoins" identifiés pour le fonctionnement de la société. Lorsque, dans les sociétés comme la notre, la liberté est identifiée comme faisant partie du noyau dur des droits naturels de tout individu que l'on doit protéger, alors assurer la liberté n'est pas une fonction mais un objectif.
Affirmer que ce serait une fonction reviendrait à dire que l'État existe POUR assurer la liberté des individus, hors ce n'est pas le cas. Simple constat, assurer la liberté des individus n'a pas toujours fait partie des priorités, objectifs, choix des pouvoirs qui dirigent un État.
Assurer la liberté des individus est, dans nos sociétés, un objectif, ce à partir du moment où cela a été identifié comme tel.
- assurer le bonheur des individus n'a jamais été une fonction de l'État, ni même un objectif. C'est une donnée qui n'a été prise en compte que récemment lorsque l'on s'est demandé quelles répercussions l'état du bonheur d'un individu (en l'occurrence, de masses d'individus) pouvait avoir sur le fonctionnement de la société. Le bonheur est donc une idée que l'État choisit ou non de prendre en compte dans la détermination de la façon dont il va tenter de faire fonctionner la société.
Le bonheur est une notion abstraite, inqualifiable, non mesurable et éminemment subjectif. En tant que tel, nul n'est en mesure de traiter cette donnée à l'état brut pour en tirer des conclusions qui pourraient permettre de prendre des mesures opérationnelles pour le bon fonctionnement de la société.
Il est toutefois possible, en interrogeant les individus, d'identifier quels sont les besoins les plus fondamentaux pour déterminer ce qu'est un niveau de vie décent, acceptable, voire épanouissant. Mais ça ne peut pas aller plus loin, ce au-delà du fait que cette donnée est loin des préoccupations des gouvernements.

Pour résumer:
- assurer la liberté n'est pas une fonction de l'État mais un objectif auto déterminé par les États qui ont identifié cela comme une nécessité, de différentes manières selon la place que l'on donne à cette liberté dans la société (cela dépend de données culturelles, historiques, etc.).
- assurer le bonheur n'est pas et ne peut pas être une fonction de l'État mais une donnée qu'il peut ou non prendre en compte, et pourquoi pas en faire un objectif purement symbolique.

La fonction de l'État est d'assurer dans la mesure du possible le fonctionnement de la société.