S'il vous plait aidez moi je n'arrive pas à trouver les axes de cette lecture analytique.

Voici la problématique:Comment le desespoir des personnages s'exprime-t-il?

Et voici le texte Berenice, Racine acte IV scene 5

BERENICE
Dans un mois, dans un an, comment souffrirons-nous,
Seigneur, que tant de mers me séparent de vous ?
Que le jour recommence, et que le jour finisse,
Sans que jamais Titus puisse voir Bérénice,
Sans que de tout le jour je puisse voir Titus ?
Mais quelle est mon erreur, et que de soins perdus !
L'ingrat, de mon départ consolé par avance,
Daignera-t-il compter les jours de mon absence ?
Ces jours si longs pour moi lui sembleront trop courts.

TITUS
Je n'aurai pas, Madame, à compter tant de jours.
J'espère que bientôt la triste renommée
Vous fera confesser que vous étiez aimée.
Vous verrez que Titus n'a pu sans expirer...

BERENICE
Ah ! Seigneur, s'il est vrai, pourquoi nous séparer ?
Je ne vous parle point d'un heureux hyménée :
Rome à ne vous plus voir m'a-t-elle condamnée ?
Pourquoi m'enviez-vous l'air que vous respirez ?

TITUS
Hélas ! Vous pouvez tout, Madame. Demeurez :
Je n'y résiste point ; mais je sens ma faiblesse :
Il faudra vous combattre et vous craindre sans cesse,
Et sans cesse veiller à retenir mes pas
Que vers vous à toute heure entraînent vos appas.
Que dis-je ? En ce moment mon coeur, hors de lui-même,
S'oublie, et se souvient seulement qu'il vous aime.

BERENICE
Hé bien, Seigneur, hé bien ! Qu'en peut-il arriver ?
Voyez-vous les Romains prêts à se soulever ?

TITUS
Et qui sait de quel oeil ils prendront cette injure ?
S'ils parlent, si les cris succèdent au murmure,
Faudra-t-il par le sang justifier mon choix ?
S'ils se taisent, Madame, et me vendent leurs lois,
A quoi m'exposez-vous ? Par quelle complaisance
Faudra-t-il quelque jour payer leur patience ?
Que n'oseront-ils point alors me demander ?
Maintiendrai-je des lois que je ne puis garder ?

BERENICE
Vous ne comptez pour rien les pleurs de Bérénice.

TITUS
Je les compte pour rien ? Ah ciel ! Quelle injustice !

BERENICE
Quoi ? Pour d'injustes lois que vous pouvez changer,
En d'éternels chagrins vous-même vous plonger ?
Rome a ses droits, Seigneur : n'avez-vous pas les vôtres ?
Ses intérêts sont-ils plus sacrés que les nôtres ?
Dites, parlez.

TITUS
Hélas ! Que vous me déchirez !

BERENICE
Vous êtes empereur, Seigneur, et vous pleurez !

1

Réponses

2014-01-20T21:46:23+01:00
C'est une scène qui représente un duel/dialogue amoureux. Elle argumente, tente de le faire céder, il ne cède pas. Ils sont en contradictions et en objections l'un vis à vis de l'autre.
C'est aussi une scène où apparaissent la souffrance des personnages, leur désespoir, le tragique de la situation, le déchirement. Bérénice se désespère bien qu'elle espère encore convaincre son amant de ne pas partir, elle pensait encore un revirement possible , mais Titus résiste et ne cède pas
Opposition entre l'amour et le devoir

Le registre est LYRIQUE: expression des sentiments, émotions, états d'âme... Utilisation des points d'exclamation, des interrogations.
Champ lexical des sentiments
je crois que tu n'as pas bien lu le texte
à la première ligne il y a la souffrance
en vérité, je ne l'ai pas très bien compris car c'est un langage soutenu
je t'envoie par message les explications
d'accord