Roland Dorgeles, Les croix de bois 3ème entraînement brevet.

Réécrivez au singulier le passage suivant : (L25 à 29) "Vous étiez si jeunes, si confiants, si forts, mes camarades : oh ! non, vous n'auriez pas dû mourir... Une telle joie était en vous qu'elle dominait les pires épreuves. Dans la boue les relèves, sous l'écrasant labeur des corvées, devant la mort même, je vous ai entendus rire : jamais pleurer. Etait-ce votre âme, mes pauvres gars, que cette blague divine qui vous faisait plus fort ?"

EN IMAGINANT QUE LE NARRATEUR S'ADRESSE A UN SEUL DE SES CAMARADES .

Merci et bonne soirée à tous.

1

Réponses

Meilleure réponse !
2014-01-15T23:21:53+01:00
"Tu étais si jeune, si confiant, si fort, mon camarade : oh ! non, tu n'aurais pas dû mourir... Une telle joie était en toi qu'elle dominait les pires épreuves. Dans la boue les relèves, sous l'écrasant labeur des corvées, devant la mort même, je t'ai entendu rire : jamais pleurer. Etait-ce ton âme, mon pauvres gars, que cette blague divine qui te faisait plus fort ?" 
Es-tu sur c'est pas plutôt tu fus ? Merci
Non, l'idée , c'est de respecter le texte en l'adaptant de la manière demandée. Tu conserves les temps tels qu'ils sont mais tu changes la personne à laquelle ils sont conjugués.
d'accords merci oui vous aviez raison en plus :)
merci à toi!