slt, j'ai un DM pour demain URGENT

lire le texte et répondre aux questions suivantes:

texte:

"Le soleil baissait vers l'horizon, inondant de clarté les plaines verdoyantes, tachées de place en place par l'or des colzas en fleur, et par le sang des coquelicots.

La carriole allait grand train, le paysan claquant de la langue pour exciter son cheval.

Et Jeanne regardait droit devant elle en l'air, dans le ciel que coupait, comme des fusées, le vol cintré des hirondelles. Et soudain une tiédeur douce, une chaleur de vie traversant ses robes, gagna ses jambes, pénétra sa chair : c'était la chaleur du petit être qui dormait sur ses genoux.

Alors, une émotion infinie l'envahit. Elle découvrit brusquement la figure de l'enfant qu'elle n'avait pas encore vue : la fille de son fils. Et comme la frêle créature, frappée par la lumière vive, ouvrait ses yeux bleus en remuant la bouche, Jeanne se mit à l'embrasser furieusement, la soulevant dans ses bras, la criblant de baisers.

Mais Rosalie, contente et bourrue, l'arrêta : "Voyons, voyons, Madame Jeanne, finissez ; vous allez la faire crier."

Puis elle ajouta, répondant sans doute à sa propre pensée : "la vie, voyez-vous, ça n'est jalais si bon ni si mauvais qu'on croit."

Question :

1) commenter les éléments du décor et le rapport qui s'établit entre ces derniers et le personnage principal.

2) étudiez la relation qui s'établit entre Jeanne et le nourrisson en insistant sur l'importance des sensations.

3) commenter la dernière réplique de Rosalie : que diriez-vous de la leçon qu'elle exprime ?

1

Réponses

2014-01-07T18:47:26+01:00
TeS questions ne sont   pas faciles, tu as fait appel à moi,  je vais faire de mon mieux 

1) le  décor est pour moi apaisant,reposant,  le soleil se couche mais il fait bon, je pense que l'on doit être à la fin de l'été, il y a encore le colza et les coquelicots, les hirondelles sont dans le ciel, même le cheval n'avance pas vite, tout n'est que calme, quiétude.Jeanne voyage  donc dans une atmosphère agréable,elle regarde le paysage pour passer le temps du voyage.Sa quiétude fait fusion avec le calme dans lequel se passe le voyage.


2° la relation est une relation sensitive, dans un premier temps Jeanne ressent la chaleur de l'enfant, puis le sens de la vue arrive car elle découvre l'enfant, 
puis il y a le toucher , elle l'embrasse, si fort comme si on allait lui enlever, il n'y pas pas de pleurs , il doit y avoir l'odeur mais ce sens n'est pas évoqué pourtant si elle embrasse l'enfant l'odeur du nourrisson doit être présente pour Jeanne mais aussi pour l'enfant.La relation est intense, fusionnelle, comme si Jeanne retrouvait son fils dans la petite.Les mots la fille de son fils, montrent 
une importance , une appartenance, cette petite lui appartient elle vient de sa chair.



 
peut-être Rosalie voulait dire que  dans la vie nous avons des hauts et des bas, des joies profondes ou de la tristesse infinie.Mais que  l'une ne va pas sans l'autre que c'est un continuel recommencement et que là Jeanne est  dans la phase où elle est la plus heureuse du monde .Qu'il faut vivre la vie comme elle vient .

Voilà pour moi.A plus.