Je dois faire un commentaire composé sur ce poème es ce que vous pouvez m’aider s’il vous plait ?

Une gravure fantastique

Ce spectre singulier n’a pour toute toilette,

Grotesquement campé sur son front de squelette,

Qu’un diadème affreux sentant le carnaval.

Sans éperons, sans fouet, il essouffle un cheval,

Fantôme comme lui, rosse apocalyptique

Qui bave des naseaux comme un épileptique.

Au travers de l’espace ils s’enfoncent tous deux,

Et foulent l’infini d’un sabot hasardeux.

Le cavalier promène un sabre qui flamboie

Sur les foules sans nom que sa monture broie,

Et parcourt, comme un prince inspectant sa maison,

Le cimetière immense et froid, sans horizon,

Où gisent, aux lueurs d’un soleil blanc et terne,

Les peuples de l’histoire ancienne et moderne

Charles Baudelaire, Les fleurs du mal

1

Réponses

Meilleure réponse !
2012-10-10T20:13:37+02:00

Bonsoir Lodiie !

 

Alors tu peux faire un plan en trois parties:

I- Un décor fantastique: on peut évoquer l'atmosphère spectrale, inquiétante. Les couleurs sont pâles. Le lieu choisi est propice: un cimetière "où gisent les peuples". C'est un climat d'horreur:" froid" ce qui évoque la mort. C'est un lieu immense, sans horizon (notion d'éternité). Il s'agit d'un glissement éternel vers le néant.

II- Les personnages: caractère surnaturel: c'est un spectre, "front de squelette".

1)Un cavalier surnaturel: figure allégorique de la mort. Lac omparaison "comme un prince" (des ténébres) qui domine en semant la mort. Il n'a pas besoin d'éperon ni de fouet, il a une toute autre force. Anaphore négative, qui souligne sa puissance. Il a les attributs du pouvoir: "sabre qui flamboie", "les foules". Capacité de destruction illimitée. Violence. Allitération en "r" suggestive de la destruction. "Flamboie", "broie". Violence de l'image et de l'action.

2) Cheval cauchemardesque: Qualificatif negatif "rosse" (vieux cheval), "essoufflé", "fantôme". "Epilepsie": maladie. Créature repoussante, dangereuse. Associé à son maîtres. Sabot_Sabre. Action funeste. Instruments de mort.

 

III- La dimension symbolique:

Obsession de la mort. Synesthésie. Côté bouffon, sarcastique, grotesque du monstre. Distance avec le sujet.

1) Dimension ambigüe: mystèrieux.

2) La fin du monde: Cimetière sans limite: néant.

Cimetière de l'humanité. Pour Baudelaire, "l'angoisse est toujours douloureuse".

Goût du poète pour le macabre: il a écrit un poète intitulé "la charogne" antithèse du poème de Ronsard, "mignonne".

Et en intro tu peux mentionner qu'il s'est inspiré pour son poème de la gravure de Mortimer "death on a pale horse", ainsi que d'un passage biblique: l'Apocalypse avec le quatrième cavalier, le cavalier de la mort. Tu peux rappeler son pessimisme et son goût pour le symbolisme également.

 

Voilà voilà, je te souhaite d'avoir un bon 20/20  ;)