Bonjour je suis en 3ème, voici mon sujet :

Expression écrite.

"Colin au coin de la Place, attendait Chloé. La place était ronde, et il y avait une Eglise, de Pigeons, un Square, des bancs, et devant, des autos et des autobus sur le macadam."

Complétez cette description de manière à créer un atmosphère "surréaliste" (images surprenantes, associations de sons, d'objets, animation des éléments, néologismes).

Les verbes doivent être à l'imparfait. Et les néologismes doivent être mis entre guillemets.

J'aimerais juste des idées de phrases pour créer l'atmosphère surréaliste. Merci d'avance :).

1
S'il vous plaît c'est urgent, je dois le rendre demain! ://

Réponses

2013-11-21T23:09:46+01:00
Colin au coin de la Place, attendait Chloé. La place était ronde, et il y avait une Eglise, de Pigeons, un Square, des bancs, et devant, des autos et des autobus sur le macadam.
Tout d'abord, il entendait les hurlements des moteurs puis il essayait de distinguer tout ce qui l'entourait. Il essayait d'oublier qu'il attendait Chloé pour avoir l'air encore plus surpris lorsqu'il arrivait alors il se perdait dans ses pensées, laissait vagabonder son esprit et laissait son regard se promener à sa guise sur tout cet ensemble de chose qui l'entourait. Il était là, dans le décor, l'air vide et pourtant, étant attentif. Tout d'abord il entendait la circulation puis les pas des passants sur le macadam, les pas de talons d'une femme créant un rythme sur la place, les éclats de voix d'un homme, des rire d'enfants puis encore les voitures dont une qui démarre d'un coup sans tout de même bouleverser l'ordre, la synchronisation et l'harmonie de tout ces engrenages qui faisaient vivre la place. Puis à tous ces sons se superposaient les images, il perdait son regardait tout ce qui l'entourait puis se mettait a observer le seul décor qui variait vraiment:
 les passants, en les dévisageant sans les voir. Très vite, tout se confondait. Colin sentais qu'il faisait partie du décor, qu'il en faisait partie. Et ça lui plaisait car il avait l'impression que tout était plus grand. Il respirait avec la place et dans sa tête se superposaient les sons, les formes, les couleurs puis les sensations. Car Colin était devenu une partie intégrante du décor.  Ce sentiment aiguisait ses sens. Il croyais sentir la fraîcheur de l'air sur sa peau alors qu'aucun coup de vent ne vint jusqu'à lui, il croyais sentir le contact de chaque individu qu'il croyait passer alors que ceux ci ne bousculaient personne et ne passaient jamais près de lui. Il essayait de comprendre la vie des gens, du moins, en posant sur eux son regard, il imaginait à partir des traits de leur visage, leur vie. Et souvent, il croisait ces personnes usées par le temps et les imaginait comme des personnes aguerries qui ont appris a accepter la vie telle qu'elle est.
Il en était sur: il ne faisait qu'un avec la ville. Il n'avait même pas besoin de le penser car c'était comme une évidence pour lui. Il vivait, il était l’œil, l'oreille et la peau de la ville. Il ne pouvait pas être le nez car c'était devenu sa propre odeur. Ainsi, Colin vivait plus que jamais sans se souvenir de qui il est réellement. Et les passants croisaient un corps immobile, frémissant alors qu'il n'y avait pas de vent et parfois se déplaçant un peu, comme pour éviter une bousculade alors qu'elle n'eu jamais lieu, sans le voir vraiment.




Voilà, j'espère que ça te plait ! 
(au debut je me suis trompe j'ai mis "il" au lieu de "elle" et je vais corriger ce passage où j'ai aussi fait une faute:un passage
"Puis à tous ces sons se superposaient les images, il perdait son regard dans tout ce qui l'entourait puis se mettait a observer le seul décor qui variait vraiment: les passants, en les dévisageant sans les voir."
bref j'ai fait quelques fautes d’inattention ^^
Merci beaucoup ! Je n'en attendait pas autant ! :) J'aime beaucoup ton style d'écriture.
De rien, contente de t'avoir aidé :) Merci!