Redaction : Écrivez la suite de
ce récit, en une trentaine de lignes, en suivant la logique
pessimiste exprimée par la dernière phrase. Vous respecterez
l'ordre d'un schéma narratif en faisant des paragraphes pour chaque
moment du récit ( 10pts)
(Je ne vous demande pas de faire une
rédaction mais de me donner des idée pour que je puisse la faire
toute seule car je sais pas ce que c'est qu'une logique pessimiste et
ou elle se trouve dans la dernière phrase merci d'avance...)

1
oui, je vais la faire, mais il te faut attendre regarde vers 21 h elle sera là
ok merci beaucoup franchement je vous adore x) mouack
♥ <3
vous vous etes trompé
vraiment ? et en quoi? j'ai fait la suite du texte comme demandé

Réponses

Meilleure réponse !
2013-11-11T21:11:58+01:00
  Les deux gendarmes qui l’avaient trouvé mort, se regardèrent étonnés, mort ? Que c’était  il donc passé. Est-ce qu’il s’était suicidé ? c’était vraiment  bizarre. On fit appel au médecin du village pour qu’il vienne l’examiner. Celui-ci fit une grimace. -  il sent mauvais, il est sale, plein de sang, des bleus……….Voyons un peu, il ne s’est pas suicidé en tous les cas et n’est pas mort de ses blessures, je vais le faire transporter à la morgue , je pourrais l’observer minutieusement, faire une autopsie pour en savoir  plus.  

  La nouvelle se répandit assez vite   dans les villages aux alentours à Saint-Hilaire, Varville, les Billettes, à Tournolles. Quoi de plus normal, tout le monde se connait et les nouvelles vont vite.   L’estropié, le gueux, cloche était mort. Pour les plus jeunes c’était normal, il était vieux , il avait une jambe tordue et un pied bot , il devait mourir .Pour les  plus âgés ,  il n’avait  pas  supporté le froid glacial du mois de décembre , il ne s’habillait pas assez, il avait dû attraper froid. Quoi de plus légitime, à déambuler comme cela de village en village il fallait être fou , pour se promener en loque.  

Quelques jours plus tard, la nouvelle tomba, Cloche était mort de faim, les villageois demeurèrent interdits. Mort de faim, ce n’était pas possible, il était toujours là à mendier un peu de nourriture si ce n’était pas nous, c’était un autre qui lui donnait à manger, depuis toutes ces années , depuis qu’il était tout jeune. Il faisait parti du paysage. Non, disait l’un des villageois, je ne suis pas coupable, moi non plus, disait maitre Chiquet .  Quel était le problème ? Aucune âme  ne voulait pas être responsable de la mort d’un humain, chacun avait honte de ne pas avoir vu la souffrance de l’estropié , de ne pas avoir compris ce qu’il endurait , qu’il était abandonné de ceux qui l’avait connu dès sa plus tendre enfance. - Mort, oui mais pas à cause de nous, disaient les villageois. La  culpabilité gagnait la population, les femmes, les hommes des villages aux alentours.  

  Le jour de l’enterrement arriva. Il y eu beaucoup de monde pour ce pauvre homme, De nombreuses fleurs avaient été achetées et furent déposées sur son cercueil. Tout le monde baissait la tête, tous avait honte. Du ciel, Cloche les regardait et se disait  dommage, que votre argent ait  servi à couvrir mon cercueil , plutôt que remplir ma main

voilà , à plus.