Pouvez vous m'aider s'il vous plait j'ai poste une question en francais

Bonjour je dois faire un paragraphe sur Un voyageur , qui connait l'histoire de Trifulgas, qui se perd dans la lande , en proie a une peur intense il faut que je face une scene en un paragraphe
il faut savoire l'histoire de Frrit-Flacc , une petite histoire de 4eme qu'on trouve sur le manuel de francais.
SVP aidez moi vite c'est pour demain , je n'ais pas tres bien copris ,

et ca serait notée !!! 20 points pour ce devoir

1

Réponses

Meilleure réponse !
2013-11-11T17:58:47+01:00
C'est une histoire écrite par Jules Verne. L'histoire du docteur Trifulgas, un médecin suisse qui n'est intéressé que par l'argent de ses patients. Un soir une petite fille vient le voir car son papa est très malade. La petite étant pauvre le médecin la renvoie. Ensuite vient la femme du pauvre que le médecin renvoie également. Puis vient la mère de l'homme malade qui lui remet une somme. Le médecin se décide alors à se rendre au chevet de l'homme malade. Il sort en compagnie de son chien tous les deux suivis de la vieille femme. Ce soir là il fait mauvais temps, pluie, tempête et tous doivent traverser une lande hostile. Le médecin se retourne à un moment ne sachant plus trop quel sentier emprunter et s'aperçoit qu'il est seul avec son chien, la vieille a disparu.
Malgré tout il poursuit sa route et s'aperçoit qu'il est devant sa propre maison. Il rentre et va dans sa chambre ou il se trouve mourant. Pris de panique le médecin met tout en oeuvre pour soigner "son autre lui même" mais ne peut pas se sauver. Il voit alors son corps se relever dans un dernier râle et retomber raide mort entre ses bras malgré tout son savoir il n'a pas réussi à se sauver.
A partir de cette histoire tu peux imaginer un paragraphe où tu dois traverser un endroit qui fait peur, une forêt, un bois ou même une lande immense comme en Bretagne ou en Irlande par exemple, tu peux t'inspirer du petit chaperon rouge, t'imaginer des bruits, des craquements de branches, l'obscurité, des cris d'animaux...
Voilà un sujet que j'ai inventé pour les besoins de ton devoir :
Il y a très longtemps, un soir de novembre, je me trouvais en voiture avec mon père et tout à coup notre voiture s'arrêta net. La voiture était en panne et papa regardait le moteur qui fumait au beau milieu de la campagne. 
La nuit tombait tôt à cette époque de l'année et il n'allait pas tarder à faire nuit. Nous étions à environ deux kilomètres de chez ma grand mère. Mon père, voyant que j'avais froid, décida que je devais rejoindre la maison de ma grand mère et m'indiqua un chemin de traverse qui était plus court que la route.
Après avoir écouté attentivement les explications de mon père je m'élançai courageusement par le chemin qui ne tarda pas à déboucher dans un bosquet d'arbres. Un peu plus loin je commençai à traverser la lande alors que le crépuscule était déjà là. La tempête se leva d'un coup et je me retrouvai avec les cheveux dans les yeux, de l'eau dans les chaussures et le vent me poussait violemment de travers ce qui me faisait tomber dans les bruyères, j'étais écorché partout. J'entrevoyais à travers les arbres partiellement dénudés du bois, au loin, une faible lueur dans la nuit et ne la quittai pas des yeux. C'était sûrement la maison de ma grand mère, je repris courage pour affronter ce dernier obstacle à franchir avant d'arriver. 
Alors que j'entrai dans le bois, une chouette se mit à hululer et je fis un bond formidable en arrière, le cœur battant je me relevai tout tremblant de trouille. Les arbres s'agitaient en tous sens et des branches craquaient affreusement, je me faufilais le plus rapidement que je pouvais courant sur les épais tapis de feuilles mortes et c'est alors qu'une forme détala à mon approche. Je ne savais pas ce que cela pouvais être mais la peur me cloua sur place. Je me cachai derrière un énorme tronc d'arbre pour y retrouver mes esprits. Je me penchai un peu pour essayer de voir dans cette obscurité si le chemin était dégagé mais je ne vis rien.
Après avoir respiré à fond je m'élançai tête baissée, prenant garde à ne pas trébucher sur les sol parsemé de bois mort, maintenant il ne restait que quelques mètres à parcourir pour sortir  de cet endroit de cauchemar.
C'est alors que j'aperçus ma grand mère qui me faisait des signes avec une torche au bout du sentier, j'étais sauvé !

Merci !! :) ta eu la meilleure reponse.
Comment maittre meilleure reponse ??
C'est bon je t'ais marque meilleure reponse