Bonsoir j'aimerai avoir une correction et une amélioration sur mon devoirs ps : il n'y a pas besoins de lire le livre pour pouvoir faire la question tout est en pièce jointes merci d'avance

1
On voit très mal
Je ne vois absolument rien de ce que tu as écrit
on voit très mal

Réponses

2013-11-07T21:25:05+01:00
Introduction :
Dès l’enfance, on apprend à la fillette « le cule du silence qui est une des plus grandes puissances de la société arabe » Les femmes ne parlent pas en présence de l’homme. La communication orale est limitée aux bavardages entre femmes et, le plus souvent, sous forme de chuchotements.
Le recueil choisi me semble pertinent dans le cadre d’une analyse centrée sur le silence féminin en Algérie car Assia Djebar y présente un trajet d’écoute sur la vie des femmes algériennes de 1958 à 1978. Cette période historique a été fondamentale pour l’histoire du pays puisqu’elle couvre la guerre d’Indépendance, la signature des accords d’Évian (le 18 mars 1962) et 16 années d’Indépendance. Cela constitue une période suffisamment longue pour analyser le statut de la femme algérienne et nous constatons que l’auteur dénonce les abus, l’immobilisme et l’inégalité des sexes, en grande partie due à la loi du silence imposée à la femme.

Développement :
Parler, c’est-à-dire littéralement rompre le silence imposé, parler aux femmes et des femmes constitue l’offense majeure, comme l'auteur l’affirme dans l’Ouverture du recueil de nouvelles Femmes d’Alger dans leur appartement:
« Depuis longtemps —par suite sans doute de mon propre silence, par à- coups, de femme arabe—, je ressens combien parler sur ce terrain devient (sauf pour les porte-parole et les « spécialistes ») d’une façon ou d’une autre une transgression. »
Etre femme, arabe, et parler des femmes, et avec les femmes, les écouter et enregistrer cette parole interdite revient à enfreindre les usages de l’Islam au plus haut point et que dire, alors, du fait de donner littéralement la parole aux femmes qu’elle interviewe pour son film La Nouba des femmes sur le Mont Chenoua réalisé en 1978.
Le premier stade identitaire est celui de la connaissance et du contrôle de son corps puisque c’est dans ce domaine que la femme doit commencer à exercer sa liberté.
Le corps de la femme doit être une forteresse inviolable donc il faut le voiler. Le port du voile a aussi un effet secondaire: celui de plonger la femme dans une sorte d’anonymat. Le voile uniformise tellement les femmes qu’il donne lieu à des descriptions métonymiques, désignant les femmes par leurs voiles telle une « étendue mouvante de voiles blancs » assistant à un meeting du début de l’Indépendance ou une « curiosité de voiles blancs s’affairant autour d’ [Aïcha] ». Comme l’affirme Assia Djebar, le port du voile présente cependant une certaine ambiguïté puisqu’il permet une relative liberté de circuler, et vaut mieux que la réclusion pure et simple.
La tradition islamique interdit aussi le regard de la femme vers l’extérieur. La jeune fille doit toujours avoir les yeux baissés et la femme ne doit pas regarder directement. Assia Djebar revendique le droit au regard, aussi bien vers l’extérieur que le regard de la femme sur elle-même. Le voile permet de ne pas être vue et de voir relativement. L’auteur considère que le voile permet à la femme « d’être à son tour voleuse possible dans l’espace masculin ». Elle explique ironiquement toutes les modalités permises suivant les « Largesses du libéralisme »: éborgnée ou regardant de ses deux yeux grâce à la voilette. Ce timide regard féminin vers l’extérieur, ce droit inaliénable est perçu comme une menace par les hommes. Et c’est de nouveau le cercle vicieux car seul le regard vers l’extérieur peut permettre à la femme d’effectuer son parcours identitaire: à force de regarder, elle finira par « se voir elle-même, avec son propre regard, sans voile enfin... ».
La nuit du silence et la soumission se matérialisent comme la négation d’un statut social digne pour la femme. Pour l’auteur, la revendication du droit au regard est étroitement liée à celle de la parole. La femme veut regarder et parler, abandonner le silence, c’est-à-dire être sujet et non objet du discours. Elle veut s’assumer, abandonner la passivité qu’on lui impose. Assia Djebar rejette un statut social qui conduit à la répression au niveau de l’éducation et de l’acquisition de savoir.


La suite en messagerie privée, ça ne rentrait pas. J'espère que cela ira