Bonjour, j'ai un devoirs en français. On doit écrire un corpus sur deux textes et répondre à la question suivante : 'Quelle image les deux auteurs donnent-t-ils de leur personnage?'
Est-ce que tu peux me le faire, s'il vous plait ? Ce serai vraiment gentille, j'ai des difficulté en français. )):

Voici les deux textes :
Ce fut comme une apparition :Elle était assise, au milieu du banc, toute seule ; ou du moins il ne distingua personne, dans l’éblouissement que lui envoyèrent ses yeux. En même temps qu’il passait, elle leva la tête ; il fléchit involontairement les épaules ; et, quand il se fut mis plus loin, du même côté, il la regarda.Elle avait un large chapeau de paille, avec des rubans roses qui palpitaient au vent, derrière elle. Ses bandeaux noirs, contournant la pointe de ses grands sourcils, descendaient très bas et semblaient presser amoureusement l’ovale de sa figure. Sa robe de mousseline claire, tachetée de petits pois, se répandait à plis nombreux. Elle était en train de broder quelque chose ; et son nez droit, son menton, toute sa personne se découpait sur le fond de l’air bleu.Comme elle gardait la même attitude, il fit plusieurs tours de droite et de gauche pour dissimuler sa manœuvre ; puis il se planta tout près de son ombrelle, posée contre le banc, et il affectait d’observer une chaloupe sur la rivière. Jamais il n’avait vu cette splendeur de sa peau brune, la séduction de sa taille, ni cette finesse des doigts que la lumière traversait. Il considérait son panier à ouvrage avec ébahissement, comme une chose extraordinaire. Quels étaient son nom, sa demeure, sa vie, son passé ? Il souhaitait connaître les meubles de sa chambre, toutes les robes qu’elle avait portées, les gens qu’elle fréquentait ; et le désir de la possession physique même disparaissait sous une envie plus profonde, dans une curiosité douloureuse qui n’avait pas de limites.
Gustave Flaubert, L'Education sentimentale, 1869.

Elle Danse comme elle a appris autrefois, seule au milieu des gens, pour cacher sa peur, parce qu'il y a trop de bruit, trop de lumière. Le photographe reste assis sur la marche, sans bouger, sans même penser à la photographier. Au début, les gens ne font pas attention à Hawa, parce que la lumière les aveugle. Puis, c'est comme s'ils sentaient que quelque chose d'extraordinaire était arrivée, sans qu'ils s'en doutent. Il s'écartent, ils s'arrêtent de danser, les uns après les autres, pour regarder Lalla Hawa. Elle est toute seule dans le cercle de lumière, elle ne voit personnes Elle danse sur le rythme lent de la musique électronique et c'est comme si la musique était à l'intérieur de son corps. La lumière brille sur le tissu noir de sa robe, sur sa peau couleur de cuivre, sur ses cheveux. On ne voit pas ses yeux à cause de l'ombre , mais son regard passe sur les gens, emplit la salle, de toute sa force, de toute sa beauté. Hawa danse pieds nus sur le sol lisse, ses pieds longs et plats frappent au rythme des tambours, ou plutôt, c'est elle qui semble dicter avec la plante de ses pieds et ses talons le rythme de la musique. Son corps souple ondoie, ses hanches, ses épaules et ses bras sont légèrement écartés comme des ailes. La lumière des projecteurs rebondit sur elle, l'enveloppe, crée des tourbillons autour des ses pas. Elle est absolument seule dans la grande salle, seule comme au milieu d'une esplanade, seule comme au milieu d'un plateau de pierre, et la musique électrique joue pour elle seule, de son rythme lent et lourd.
J.-MC Le CLEZIO, Désert, Gallimard, 1980

1

Réponses

Meilleure réponse !
2013-11-06T21:45:57+01:00
Dans un premier temps je dirais ce que je pense des 2 textes , puis, je ferais un texte sur les 2 textes mélangés.

premier texte:
déjà par le mot apparition , on sent la magie que l'auteur a semblé éprouver en la voyant, comme si elle n'était pas réelle.on note qu'il fléchit les épaules pour se rendre plus petit ?Cette personne est-elle si extraordinaire , qu'il souhaite passer inaperçu pour mieux la voir, l'espionner .Pour lui, c'est en fait l'image de la beauté , du merveilleux , de la femme idéale.Elle est si belle que tout se qu'elle touche se métamorphose en merveilleux comme un simple panier à ouvrage.
elle est comme un joyau que l'on regarde , encore et encore.


Deuxième texte:

L'auteur est comme les autres personnes qui la regardent hypnotisés, c'est comme une sorcière qui leur a envoyé un sort.D'ailleurs elle danse pieds nus.
Même les éléments la suivent ,la lumière l'enveloppe.Les mots ne sont pas utilisés mais on sent qu'elle subjugue  


conclusion: 

Pour les deux personnages , nous pouvons noter que se sont  deux femmes , toutes les deux sont dans leurs mondes et ne voient pas ce qui se passe à côté.Elles ne voient pas qu'elle sont regardées. L'une brode, l'autre danse.L'une semble être une bourgeoise, pas l'autre .L'époque n'est pas la même l'un des textes date de 1869, l'autre de 1980, les femmes sont différentes.
Mais les sentiments qu'elles peuvent provoquer sur les hommes ne changent pas .Elles apportent une image de désir, de fascination, d'admiration. LES DEUX AUTEURS PARLENT des cheveux, de la peau,de la taille des femmes.Elles provoquent un éblouissement , elles semblent donc toutes les deux être magiques, bien qu'en étant si différentes.

Voici une aide , voici pour toi.