Trouver la suite de ce texte en 30 lignes
: Respecter les personnages atmosphère et la situation initiale , récit au temps passé , point de vue .

Cette fois elle avait bien vue ! La femme était passée au fond du salon , l'avais fixée d'un air étonnée avant de disparaître dans l'ombre de la cuisine. Odile Versini hésita devait-elle la poursuivre quitter l'appartement à toutes jambes ?Qui était cette intruse ? C'était la troisième fois, au moins ...Les précédentes éruption avaient éte si fugitive qu'Odile avait cru a son tour de son imagination mais là , elles deux avaient eu le temps d'échanger un regard ; il lui semblait même que l'autre la surprise enfuie , avait grimacé de peur en filant. Sans réfléchir d'avantages , Odile partit sur ses traces en l'apostrophant ;-Arrêtez , je vous ai vue ! Inutile de vous cacher , il n'y a pas d'issue . Odile déboula dans chaque pièce, la chambre , la cuisine , les toilettes , la salle de bains : personne, il ne restait donc que la penderie au bout du couloir.-Sortez ! Sortez sinon j'appelle la police. Pas un bruit ne résonna dans la penderie . BONNE CHANCE

1

Réponses

2013-11-03T21:30:31+01:00
Odile avança doucement , très lentement le long du couloir qui menait à la penderie.Elle réfléchit soudain , s'arrêta ,elle aurait du prendre un couteau .Devait-elle retourner dans la cuisine?non pas question, si elle y retournait la femme s'enfuirait à nouveau.E n ce moment ,celle-ci devait être cachée dans son armoire.Quelle idiote, aller se réfugier là , comme une petite fille qui a fait une bêtise.
Pas un bruit , juste la respiration d'Odile.Celle-ci ouvrit la porte du placard à vêtements  et y alluma la lumière. Mais elle fut prise de tremblements, elle semblait avoir  très froid tout à coup, elle tendit la main,elle voulait prendre l'un de ses vêtements.Elle toucha son manteau , mais retira sa main, sa veste?
Tout était glacé.Qu'est-ce que cela voulait dire? ET puis où était cette femme, Odile craignait -elle d'écarter les vêtements pour voir si elle était cachée au fond de la penderie, pourtant  elle le fit .Elle poussa un énorme cri , deux yeux immenses et vitreux la regardaient apeurés, ils sortaient d'un visage blanc-gris.
Sortez, sortez immédiatement réussi  à articuler Odile en reculant et paraissant  éviter que sa voix et ses lèvres ne tremblent, ne pas montrer que l'on a peur, semblait être sa devise.
La lumière de la penderie s'éteignit et la femme disparue en même temps.
Non , ce n'est pas possible dit tout fort Odile tout en se dirigeant , à reculons vers son salon pour avoir toujours un oeil sur le fond du couloir.
Elle s'enferma dans la pièce et  téléphona à l'agence où elle avait son contrat de location.Un malheur avait il eu lieu dans l'appartement qu'elle louait ? L'agence lui indiqua que personne n'y habitait depuis 5 ans, car un meurtre y avait été commis , celui d'une femme.
Celle-ci avait été étouffée par des cambrioleurs  alors qu'elle  dormait .
Odile décida de quitter les lieux, le soir même avec ses affaires .Qu'avait -elle vu?
Le fantôme de cette femme , elle ne savait pas quelle était morte et hantait son appartement depuis 5 ans.Elle avait donc aussi peur qu'Odile?
Odile le pensait -elle? Mais peu lui importait , elle avait d'autres chats à fouetter , son doctorat de droit à préparer.
A d'autres la chasse au fantôme , elle n'en avait ni le temps ni il faut bien le dire le courage;

voilà une idée, à plus.