Bonsoir.
Y aurait-il quelqu'un qui aurait lu : "Nouvelles histoires extraordinaires" de Edgard Allan Poe car j'aimerais que quelqu'un me fasse un résumé de chaque nouvelle du livre?
Je sais que je vous en demande trop mais cette littérature est bien trop complexe pour moi .
Merci ∞

1

Réponses

Meilleure réponse !
2013-11-01T23:01:30+01:00
Le cœur révélateur:
L'histoire est narrée à la première personne. Le narrateur nous répète que mentalement tout va bien pour lui. Il a pourtant tué un homme très âgé qui vivait avec lui. Il n'a pas effectué ce meurtre pour l'argent ou parce qu'il aime le sanguinaire, mais il ne pouvait tout simplement plus supporter l’œil voilé bleu du vieillard. Son assassinat a été prémédité. Il rentrait chaque nuit avec une lampe électrique dans la chambre de ce monsieur, et un soir il ne dormait pas, ses yeux étaient ouverts, la lampe éclaire ce fameux œil qui rend fou le narrateur. Celui-ci se rut alors sur sa proie et l'étouffe, le pauvre pousse seulement un petit cri avant que son cœur cesse de battre. Il décide ensuite de cacher la dépouille, et commence par le démembrer. Le corps en morceaux sera caché sous les lames du plancher, plancher qu'il nettoiera soigneusement pour ne pas laisser de trace du meurtre. Ce cri poussé par le vieil homme a alerté les voisins qui ont prévenu la police. Celle-ci s'est présentée à l'aube. L'assassin les a reçus sans rien laisser paraître, certain que personne ne saurait ce qu'il a fait, il leur propose même de s'asseoir dessus les morceaux du corps. Mais un bruit arrive de dessous le plancher, un cœur qui bat... Le tueur commence tout-à-coup à douter de son meurtre si parfait et essaie de trouver une parade pour ne pas que les policiers entendent, seulement le bruit continue et il finit donc par avouer son crime. Cet homme a eu des hallucinations, rongé par la culpabilité ?

Le diable dans le beffroi :
Vondervotteimittiss, petit village hollandais est magnifique, on y découvre des petites maisons bien régulières où des femmes rondelettes cuisent du chou pour le repas des deux enfants qui jouent avec le chat et le cochon dans le jardin. Pendant ce temps, les hommes surveillent la grande tour de l'horloge de la ville. Les citoyens n'ont que les choux et les horloges comme distraction, mais cela leur suffit apparemment pour être heureux. Tous les membres du village ont une montre, même les animaux. Un jour, juste avant midi, un homme de petite taille, avec un long nez crochu et le teint foncé, vêtu d'un habit noir avec une queue d'hirondelle, arrive au village. Il fait des petits bonds tout en jouant de la musique avec un violon plus grand que lui. Les villageois sont effarés tellement le petit homme joue et danse mal, eux qui ont un sens du rythme développé. Il avait une énorme tabatière en or et passait son temps à prendre du tabac. Il est allé devant l'horloge et a mis KO l'homme le plus important de cette ville. La cloche sonne alors midi et rassure les habitants. Mais il y a eu treize coups au lieu de 12 à midi, ce fut l'horreur, les enfants mouraient de faim, les femmes pensaient que leur chou brûlait, et les hommes ne cessaient pas de fumer. Les habitants deviennent fous sans aucun repère, sans leur précieux temps, et le petit homme continuait de sonner les heures, trop ravi du chamboulement qu'il a causé.

Le Démon de la perversité
Attiré par le Mal, par la déraison, il s'engouffre peu à peu dans les méandres de la dépravation, décadent et méphistophélique. Il en veut toujours plus.
L'homme toujours insatisfait ne cherche qu'à faire le mal, et quand il obtient tous ses mauvais penchants, il recommence encore et encore. Il cherche à atteindre l'interdit et l'impossible. Mais tout ceci finira par le plonger dans le désespoir le plus total.
L'interdit le conduira en prison, et l'impossible le mènera vers une impasse inexpugnable.