SVP URGENT je dois trouver des figures de style dans ce texte c'est pour demain et c'est noté


:Puis elle danse, à son tour dans l'arène, au milieu des gens. Elle danse comme elle a appris autrefois, seule au milieu des gens, pour cacher sa peur, parce qu'il y a trop de bruit, trop de lumière. Le photographe reste assis sur la marche, sans bouger, sans même penser à la photographier. Au début, les gens ne font pas attention à Hawa, parce que la lumière les aveugle. Puis, c'est comme s'ils sentaient que quelque chose d'extraordinaire était arrivé, sans qu'ils s'en doutent. Ils s'écartent, ils s'arrêtent de danser, les uns après les autres, pour regarder Lalla Hawa. Elle est toute seule dans le cercle de lumière, elle ne voit personne. Elle danse sur le rythme lent de la musique électronique, et c'est comme si la musique était à l'intérieur de son corps. La lumière brille sur le tissu noir de sa robe, sur sa peau couleur de cuivre, sur ses cheveux. On ne voit pas ses yeux à cause de l'ombre, mais son regard passe sur les gens, emplit la salle, de toute sa force, de toute sa beauté. Hawa danse pieds nus sur le sol lisse, ses pieds longs et plats frappent au rythme des tambours, ou plutôt, c'est elle qui semble dicter avec la plante de ses pieds et ses talons le rythme de la musique. Son corps souple ondoie, ses hanches, ses épaules et ses bras sont légèrement écartés comme des ailes. La lumière des projecteurs rebondit sur elle, l'enveloppe, crée des tourbillons autour de ses pas. Elle est absolument seule dans la grande salle, seule comme au milieu d'une esplanade, seule comme au milieu d'un plateau de pierres, et la musique joue pour elle seule, de son rythme lent et lourd. Peut-être qu'ils ont tous disparu, enfin, ceux qui étaient là autour d'elle, hommes, femmes, reflets passagers des miroirs éblouis, dévorés ? Elle ne les voit plus à présent, elle ne les entend plus. Même le photographe a disparu, assis sur sa marche. Ils sont devenus pareils à des rochers, pareils à des blocs de calcaire.Mais elle, elle peut bouger, enfin elle est libre, elle tourne sur elle même, les bras écartés, et ses pieds frappent le sol, du bout des orteils, puis du talon, comme sur les rayons d'une grande roue dont l'axe monte jusqu'à la nuit.

2

Réponses

2013-10-20T19:03:24+02:00
Il y a une répétition " Elle danse ".
Il y a des comparaisons, des personnifications.
tu peut me montrer où sont les prsonnifications stp??
sur sa peau couleur de cuivre, sur ses cheveux.
ses pieds longs et plats ;Son corps souple ondoie, ses hanches, ses épaules et ses bras sont légèrement écartés;
"sur sa peau couleur de cuivre" c'est pas plutôt une métaphore???
Meilleure réponse !
2013-10-20T19:21:44+02:00
Parce que la lumière les aveugle : exagération
 la musique était à l'intérieur de son corps: exagération
sur sa peau couleur de cuivre : métaphore 
 comme des ailes. : comparaison
Ils sont devenus pareils à des rochers, pareils à des blocs de calcaire.: comparaison
La lumière des projecteurs rebondit sur elle, l'enveloppe: pour moi personnalisation de la lumière
de toute sa force: un regard n'a pas de force pour moi donc personnalisation du regard
comme sur les rayons d'une grande roue dont l'axe monte jusqu'à la nuit. : comparaison

voilà pour moi