Bonjour aidez moi ,rédaction:

Sujet: Nous sommes au XVIII ème siècle. Le navire sur lequel vous aviez embarqué en tant que mousse vient de couler lors d'une tempête. Vous vous réveillez sur une plage d'une île déserte. Racontez votre aventure et les moyens que vous avez trouvés pour survivre.Consignes : - Votre récit sera écrit aux temps du passé.- Vous jalonnerez votre rédaction d'indices de temps. Votre expérience devra durer au moins 3 ans.- Vous inclurez dans votre récit un passage descriptif.

1
svp aidez moi c evalué en +
vous pouvez m'aider
Racontez les dernières minutes d'un match de foot en vous mettant à la place du ballon 40 lignes environ
le score est serré et les passes deviennent de plus en pls courtes. on me malmène, on se jette sur moi et le sifflet de l'arbitre m'agace. Je roule, je vole ils vont me crever ça c'est sur !!!!Tout ça pourquoi pour servir de support d'autographes aux gagnants !!!

Réponses

2013-10-11T11:46:55+02:00
En ouvrant les yeux , je fus éblouis par le soleil, la tête écrasée dans le sable, j'avais la bouche qui me brûlait  Je m'aperçus vite que j'étais seul et qu'il me fallait survivre. J'espérais des secours rapides et cela me donnaient du courage. J'avais faim, j'avais soif . je regardais au loin et la végétation semblait être diverse et de très hauts cocotiers  touchaient le ciel, tandis que des arbustes avec des baies de toutes les couleurs recouvrait l’île en abondance. La mer se balançait doucement et était regorgée de poissons. J'avais donc de la chance, et je mangeais les poissons attrapés à mains nues crus encore frétillants. Je me hissais non sans mal en haut d'un cocotier pour y faire tomber des noix. Ainsi cassées à force de les taper elles s'ouvraient et me donner leur lait à boire. Je dormais à même la plage et je tremblais de peur dés la nuit venue Je n'avais rien pour faire du feu et au bout de quelques jours j'entrepris de chercher plus au fond de l’île des silex pour faire cuire ma pêche.
Le sol était rude pour mes pies nus. Tous les jours je faisais un petit trajet pour visiter cette ile, mais je revenais toujours à mon point de chute. C est ainsi que je pus , en frottant mes pierres, me faire du feu. Le soleil qui brûlait ma peau, les efforts journaliers pour traverser la végétation dense de cette iles me blessait les mains et le visage. Mais j’étais vivant. Je me construisit à force d'imagination une cabane avec des branchages et je finis par trouver ce logis confortable. Le temps passait et je ne savais plus quel jour ni quelle heure il était.  J'étais amaigris, je déprimais entre deux instants de plaisir à observer ce paradis perdu. Tous les jours se ressemblaient et étaient rythmés par une seule idée survivre. C'est ainsi que trois de ma vie était passée, puis qu’après une si longue attente c'est un autre bateau qui aperçut le feu que je laissais allumé jour et nuit. On me secourut et c'est là qu' on m'apprit que le temps avait passé , trois ans......