Bonjour, j'ai un DM pour demain et je bloque a ces deux questions,

Pouvez-vus m'aidez ? merci.

Voici le texte :

La haine et le besoin d’affection m’avaient pris tout ensemble dès mes premiers échecs. Il s’agissait d’amadouer l’ogre scolaire. Tout faire pour qu’il ne me dévore pas le cœur. Collaborer, par exemple, au cadeau d’anniversaire de ce professeur de sixième qui, pourtant, notait mes dictées négativement : « Moins 38, Pennacchioni, la température est de plus en plus basse ! » Me creuser la tête pour choisir ce qui ferait vraiment plaisir à ce salaud, organiser la quête parmi les élèves et fournir moi-même le complément, vu que le prix de l’affreuse merveille dépassait le montant de la cagnotte.

Il y avait des coffres-forts dans les maisons bourgeoises de l’époque. J’entrepris de crocheter celui de mes parents pour participer au cadeau de mon tortionnaire. C’était un de ces petits coffres sombres et trapus, où dorment les secrets de famille. Une clef, une molette à chiffres, une autre à lettres. Je savais où mes parents rangeaient la clef mais il me fallut plusieurs nuits pour trouver la combinaison. Molette, clef, porte close. Molette, clef, porte close. Porte close. Porte close. On se dit qu’on n’y arrivera jamais. Et voilà que soudain, déclic, la porte s’ouvre ! On en reste sidéré. Une porte ouverte sur le monde secret des adultes. Secrets bien sages en l’occurrence :quelques obligations, je suppose, des emprunts russes qui dormaient là en espérant leur résurrection, le pistolet d’ordonnance d’un grand-oncle, dont le chargeur était plein mais dont on avait limé le percuteur, et de l’argent aussi, pas beaucoup, quelques billets, d’où je prélevai la dîme nécessaire au financement du cadeau. Voler pour acheter l’affection des adultes… Ce n’était pas exactement du vol et ça n’acheta évidemment aucune affection.Le pot aux roses fut découvert lorsque, durant cette même année, j’offris à ma mère un de ces affreux jardins japonais qui étaient alors à la mode et qui coûtaient les yeux de la tête.

L’événement eut trois conséquences : ma mère pleura (ce qui était rare), persuadée d’avoir mis au monde un perceur de coffres (le seul domaine où son dernier-né manifestait une indiscutable précocité), on me mit en pension, et ma vie durant je fus incapable de faucher quoi que ce soit, même quand le vol devint culturellement à la mode chez les jeunes gens de ma génération.

Les questions :

1) "Et voilà que soudain, déclic, la porte s'ouvre !"

a- Quel est le type de phrase employé ? Quel sentiment traduit-il ?

b- Quelle est la valeur du présent employé ? Quel est l'effet produit ?

2) Das une réponse développée, expliquez ce que cet épisode a pu enseigner au narrateur enfant.

1

Réponses

2013-10-01T18:36:17+02:00
1) phrase exclamative qui exprime la surprise, un évènement inattendu se produit soudain
2) Les phrases précédentes sont rédigées dans un temps du passé, parce qu'elles évoquent des faits déjà connus et réalisés alors que cette phrase au présent nous fait revenir au moment même de l'action et met en avant un élément que l'auteur ne connait pas comme le déclic de cette porte. Par le présent nous participons avec le personnage à ce qui se produit.
3) La morale de l'histoire est que l'on ne peut acheter les sentiments, maintenant à toi de développer