Corriger les fautes et mettre les mots corriger en gras .(Le temps est l'imparfait)

Je dînais entouré de ma belle fille, mon fils unique et de ma petite fille, nous étions en train de parler de l'animal le plus féroce et le plus dangereux et le plus féroce de toute la savane: le lion qui s'était échappé d'un Zoo. C'était le principal sujet des informations, et ma petite fille semblait terrifiée de le savoir en liberté. Enfin je quittait la table pour lire paisiblement un livre qui captivais toute mon attention, et je commençait à apprécier de n'être sans cesse déranger par ma petite fille et ses multiples caprices, lorsque, A nouveau, elle était venue me déranger.Elle e disait avoir peur du monstre sous son lit refusait de dormir et de laisser son pauvre Grand pére de quatre vingh cinq ans tranquille.Je me sentait obligé de la réconfortée et je lui raconta ce qui m'était arrivé lorsque j'était jeune.

2

Réponses

2013-03-15T19:29:50+01:00
- je quittais
- je commençais
- je me sentais
- ce qui m'étais
2013-03-15T19:47:01+01:00

Je dînais entouré de ma belle fille, mon fils unique et de ma petite fille, nous étions en train de

 

parler de l'animal le plus féroce et le plus dangereux et le plus féroce  (ça va pas  tu le mets 2 fois)de  toute la savane: le lion

 

qui s'était échappé d'un Zoo. C'était le principal sujet des informations, et ma petite fille

 

semblait terrifiée de le savoir en liberté. Enfin je quittait  (quittais)la table pour lire paisiblement un livre

 

qui captivais( captivait) toute mon attention, et je commençait  (commençais)à apprécier de

 

ne pas 'être sans cesse déranger ( dérangé)par ma petite fille et ses multiples caprices,

 

lorsque, à nouveau, elle était venue( vint) (tu ne peux pas utiliser l'imparfait action soudaine:

 

passé simple) me déranger.Elle me disait (idem passé simple: dit) avoir peur du monstre sous son lit et  refusait de

 

dormir et de laisser son pauvre grand- père de quatre vingt cinq ans tranquille.Je me sentait ( sentais)obligé de la réconfortée( réconforter)et je lui raconta( racontais) ce qui m'était arrivé lorsque j'était (j'étais ) jeune.

 

 

voilà mon avis.A plus