Corrige les fautes qui se sont glissées dans ce texte

Sur la place de la gare, une foule éperdue tourbillonnait. Beaucoup de gens étaient dans l'espoir de prendre le train, pour gagné quelque autre ville qu'ils pensaient épargné par le fléau. Mais sur les portes closes, une affiche tracé a la main annonçait que rien ne fonctionnait plus. Des hommes avaient traîner leur famille entière [...], la mère et tout les enfants encombrer de colis.

Ils arrivaient à la gare, ce heurtaient aux portes fermées, lisait l'avis et reprenaient,effaré, le cheminnde leur domicile. Que faire, ou aller, comment quitter la capital ou ils ne trouveraient bientôt plus de quoi manger ? Certains, découragé, s'asseyaient sur leurs valises, et mêlés leurs larmes à la sueur qui coulaient sur leur visage.

1

Réponses

2013-03-08T18:29:45+01:00

Sur la place de la gare, une foule éperdue tourbillonnait. Beaucoup de gens était (j'ai un doute là dessus) dans l'espoir de prendre le train, pour gagner quelqueautrevilles qu'ils pensaient épargner par le fléau. Mais sur les portes closes, une affiche tracée à la main annoncait que rien ne fonctionnait plus. Des hommes avaient traîné leur famille entière ..., la mère et toules enfants encombrés de colis.

Ils arrivaient à la gare, se heurtaient aux portes fermées, lisaient l'avis et reprenaient, effarés, le chemin de leur domicile. Que faire, où aller, comment quitter la capitale où ils ne trouveraient bientôt plus de quoi manger ? Certains, découragés, s'asseyaient sur leurs valises, et mêlés leurs larmes à la sueur qui coulait sur leur visage.

 

J'ai quelques doutes mais je pense que ça peut t'aider :)