Réponses

2013-03-05T23:19:16+01:00

bon , j'ai fini alors je te l'écris , 

. J’ai mis comme demandé mots ou expressions du moyen-âge ;

 

Oye, oye, Damoiselle et Damoiseau, nous allons vous raconter l’histoire de Godefroy le chevalier et de Guilbert,paysan.

 

Godefroy, était un beau chevalier de 20 ans encore écuyer le mois dernier, il avait prêté serment à

 

son Seigneur Vivien , il y a quelques jours.il lui avait promis fidélité et loyauté à vie . Il avait reçu

 

son épée, ses éperons, son bouclier et ses armoiries .Très content de lui, fier de sa personne, il

 

avait décidé en ce beau jour de printemps d’aller se promener à cheval aux abords du château

 

espérant rencontrer quelques chevaliers de son rang ou damoiselles.

 

Alors que les pas de son cheval se dirigeaient vers la forêt, il reçut un coup violent sur l’arrière du

 

crâne, une énorme pierre lui avait été jetée. Il porta la main  sur sa tête et découvrit du sang. A ce

 

moment-là , 4 détrousseurs, l’attaquèrent, il n’eut pas le temps de sortir son épée, ni de se

 

défendre, frappé de toutes parts, il fut détroussé et laissé pour mort.

 

Guilbert , paysan de son état, revenait des champs, tranquillement, avec sa charrette, trainée par

 

des bœufs .

 

Il pensait au bon repas qui l’attendait à la ferme, des racines de raves confites, du pâté de  

 

palombes et du fromage de chèvre de brebis. Que Dieu vous bénisse ma mie ! Sa femme était

 

fine cuisinière.

 

 

Quand tout à coup, il découvrit au détour du chemin, Godefroy, ensanglanté mais vivant

 

.Terrorisé, il voulut passer et tourner la tête, ne rien voir. Mais non ce n’était pas possible, le mal

 

avait déployé ses artifices, il serait le bon Samaritain. IL devait agir.

 

Il descendit de sa charrette, s’approcha de Godefroy et l’y porta. Tout le long de la route, le paysan

 

rassura le Chevalier, lui souriant, lui promettant réconfort. Arrivés à la ferme, sa femme, Gervaise

 

à grands cris de Sainte vierge, nettoya les blessures du chevalier.

 

Alors , Godefroy , se fit le serment de se souvenir que l'on ne doit pas juger les gens suivant leur

 

catégorie sociale, mais suivant leur bonté d'âme .Il ne l'oublia jamais et de retour chez lui , guérit il

 

festoya heureux d'être vivant et à  chaque fin  de mois lorsqu'il n'était pas parti à la guerre,  et

 

durant toute sa vie il alla voir ses amis, les paysans, Guibert, qui l'avait sauvé  et sa femme

 

Gervaise qui l'avait  soigné.

 

Voilà, c'est fini.A plus

 

.Merci de me dire ta note si elle est au dessus de 10 , sinon je préfère ne pas savoir.