bonjour voilà je poste une derniere fois mon devoir de français car je dois le rendre ce soir SVP aidez moi j'ai mis une piece jointe pour aller sur mon devoir voilà je bloque sur les questions 2 et 3 ainsi que sur le commentaire litteraire axe 2 tout le reste je l'ai fait

merci d'avance

1

Réponses

Meilleure réponse !
2013-02-09T13:14:31+01:00

Donc: quelles atmosphères particulière se dégagent des deux textes, dans les explications j'ai vu 

 

que le prof ne veut pas une analyse séparée des 2 évidemment il veut du difficile.

 

Donc je vais faire un mélange des 2 si j'ai des chose à rajouter et que je ne peux pas je passerai à la messagerie pour rajouter des commentaires.

 

C'est parti:

 

L'ambiance, l'atmosphère  des 2 textes n'est pas la même.Que se soit l'ambiance au niveau du paysage ou celle relative du personnage.

 

L'atmosphère du texte de Balzac, est inquiètante, impressionnante, mystérieuse, froide, lugubre,dangereuse, tout en opposition avec l'atmosphère de Flaubert où nous ressentons une atmosphère  relative au calme,à la  douceur,à l'amusement, à la tièdeur, tout est paisible.

 

Où peut-on voir dans le texte de Balzac cette ambiance si particulière:

 

- le cocher refuse de s'engager dans une rue non pavée dont les ornières sont un peu trop profondes (pas très agréable)

 

- les murs sont batis avec les ossements  (pas très rassurants)

 

- cette  maison semblait près de tomber en ruine, matériaux de démolition, marre de fumier où coulaient les eaux pluviales et ménagères (quelle misière, aucune personne aimerait vivre dans une ambiance comme cela sans être démoralisé)

 

- basse cour , lapin : ; saleté , paris ce m'est pas la campagne , ici les animaux trainent partout 

 

- le personnage qui voit ce côté de Paris est stupéfait, anéanti, incrédule, il se dit que ce n'est pas possible,  il  dit:

 

"l'homme qui a décidé ..........................serait là !!!!!!!

 

 

Par contre comme le texte de Flaubert est reposant avec:

 

- "ces bruits paisibles, les gamins s'amusaient, des boufflés de vent  tiéde, des fraicheurs humides, "

 

on se sent bien avec " les journaux en ordre, les ateliers des repasseurs ,

 

..............éblouissantes de lumière ,, quelle opposition entre les 2 textes .MËME si  la

 

description de l'un est sur Paris et de l'autre la région parisienne .On ne peut avoir envie que de

 

rejetter l'atmosphère lugubre de Balzac et apprécier l'autre.

 

2- le,  point de vue adopté

 

pour Balzac : je dirais que le point de vue est interne

 

car les évènements sont racontés à travers le narrateur , qui décrit à travers le regard d'un personnage . Il dit :il

 

 

pour Flaubert: je dirais que le point de vu adopté est le point de vu omniscient ;

 

le narrateur voit tout .il connait les pensées du personnage par exemple:

 

" il se sentait tout écœuré par la bassesse des figures"

 

autre exemple:

; "puis, couché sur son divan, s’abandonnait à une méditation désordonnée : plans d’ouvrage, projets de conduite, élancements vers l’avenir. Enfin, pour se débarrasser de
lui-même, il sortait."

 

bon voilà pour l'instant je te recontacte sur la messagerie pour axe 2 plus tard en sachant que je te donnerais des idées sur axe 2 mais pas une rédaction cléf en main qui ferait appel  à bien 2 heures de travail.

 

Salut , regarde déjà ces notes. A plus;