Réponses

Meilleure réponse !
2014-10-01T15:29:01+02:00
Présentation de l’œuvre. La chanson de Craonne est un chant écrit par les soldats sur la ligne de front en 1917 pour dénoncer leur condition de vie dans les tranchées. Cette chanson exprime les doutes des soldats, leurs souffrances, mais aussi leur lassitude et leur quotidien. Le texte s’inspire d’une mélodie qui  est une  reprise d’une valse populaire très en vogue avant la guerre écrite en 1911 : musique de « bonsoir m’amour » de Charles Sablon. Mais c’est en 1919 que Raymond Lefebvre et Paul Vaillant-couturier (militant de gauche) écrivent le texte final et lui donnent le titre de « Chanson de Craonne ». Elle fait référence au plateau sur lequel eu lieu la bataille du chemin des Dames à côtés de ce fameux plateau de Craonne. Elle est interdite en France jusqu’en 1974, date à laquelle le président de la République Valéry Giscard d’Estaing autorise sa diffusion sur les ondes.             Cette chanson est particulièrement atypique car elle est à la fois antimilitariste et anticapitaliste alors que toutes les propagandes de guerre produisent au contraire beaucoup de chant patriotique.   1-     Contexte historique D’avril à octobre 1917, la bataille du chemin des Dames fait rage dans la Somme. La tentative de rupture du front allemand par les français est un échec et se solde par un massacre. Des mutineries éclatent dans les unités combattantes. Le contexte de 1917 explique l’originalité de ce chant. 1917 est d’abord la quatrième année de la première guerre mondial ; usure et lassitude caractérise le moral des poilus qui n’ne peuvent plus de supporter la guerre. Cette chanson est collective : les soldats « tous les camarades » se sont inspirés de la valse « bonsoir m’amour ». L’air de la mélodie est conservé,les paroles transformées et apprisent par cœur par les poilus. 2-     Les paroles La chanson raconte l’histoire d’un poilu qui se bat pendant la bataille Du chemin des Dames avril- août  1917, sur le plateau de Craonne. Elle dit comment un poilu, après sa permission chez les civils, revient à contrecœur dans les tranchées. Il dit adieu à la belle vie car en retournant dans les tranchées, il sait qu’il va vers la mort. Mais, il annonce aussi qui ça ne va plus durer, qu’il va bientôt cesser de remplir son devoir patriotique car il en a assez de cette guerre injuste et horrible. Il ne veut pas se faire tuer pour des riches capitalistes qui tirent les ficelles et font tuer les pauvres paysans français à leur place. 3-     Description La guerre de position dans les tranchées « on va reprendre les tranchées » : longues et usante pour le moral « 8 jours de souffrance », « espérance », «  sans trêve », « dans le silence »… « Vont chercher leurs tombes » ce qui veut dire qu’en prenant la relève ils viennent aussi chercher leur propre mort car la guerre tue en masse. Un quotidien atroce : froid, boue, rats, poux. Armes nouvelles meurtrière. Peur, mort omniprésente. Inutilités des attaques : les tentatives de percées sont vaines et provoquent des boucheries inutiles « guerre infâme » honteuse.   4-     Mutinerie     Les soldats acceptent encore de remplir leur devoir sacré et patriotique de protéger leur pays «  on s’en va … (sur le plateau) … en baissant la tête, « c’est à Craonne…qu’on doit laissait sa peau ». La mutinerie est en effet le refus d’obéir à un ordre militaire. (Ex : 25 à 40 milles soldats environ ont refusé d’aller au combat le29 avril 1917.   5-     Anticapitaliste   Contre les civils planqués qui ne vont pas se battre et continuent à s’enrichir «  tous ces embusqués », « font leur foire ». Contre les riches capitalistes, bourgeois qui envoient les pauvres trouffions et paysans se faire tuer et protéger leur bien à leur place.   6-     Mis en musique   La musique et les paroles sont tristes et malheureuses. La mélodie et simple à retenir. La voix est posée, les mots articulés. L’intensité sonore et douce ainsi que  la voix du chanteur. La hauteur est grave. Les instruments qui accompagnent le chanteur sont des instrument à corde.   Conclusion C’est une chanson atypique et anticapitaliste dans un océan de patriotique et de sacrifices consentis par les soldats de la guerre de 14-18. Elle symbolise une des terribles percées inutiles de 1917 : la bataille du chemin des Dames, décidée parle général Nivelle, qui a couté la vie à 300  000 hommes (Français et Allemands). Elle symbolise aussi la rupture et le tournant de la guerre car 40 000 soldats refusent d’aller à l’offensive : c’est une vaste mutinerie pour l’époque