Le pire, si Martine y réfléchissait, c'est que c'était elle qui avait enclenché le processus en lui offrant tout le matériel et l'abonnement à Gold-Sport, deux ans plus tôt pour son anniversaire...Et quand elle voulait être sincère, elle arrivait à s'avouer qu'elle avait une idée derrière la tête en choisissant ce cadeau: le retenir à la maison, samedis soir et dimanches après-midi tout au long de la saison footballistique.Le couper de toute cette bande de supporters assoiffés qui lui volait ses week-ends.Elle le revoyait qui déballait la parabole,plus heureux encore que le gamin qu'elle imaginait, agenouillé près du sapin de Noêl devant son premier vélo.Ils avaient passé deux jours entiers à déterminer le meilleur angle de réception, puis à installer la coupole sur le toit du pavillon.

Réécrivez ce texte en imaginant que Martine est la narratrice.

2

Réponses

2012-11-26T20:04:04+01:00

Le pire, si j'y y réfléchissais, c'est que c'était moi qui avait enclenché le processus en lui offrant tout le matériel et l'abonnement à Gold-Sport, deux ans plus tôt pour son anniversaire...Et quand je voulais être sincère, j'arrivais à m'avouer que j' avais une idée derrière la tête en choisissant ce cadeau: le retenir à la maison, samedis soir et dimanches après-midi tout au long de la saison footballistique.Le couper de toute cette bande de supporters assoiffés qui lui volait ses week-ends.je le revoyais qui déballait la parabole,plus heureux encore que le gamin que j' imaginais, agenouillé près du sapin de Noêl devant son premier vélo.Ils avaient passé deux jours entiers à déterminer le meilleur angle de réception, puis à installer la coupole sur le toit du pavillon.

 

J'espère t'avoir aidé et ne pas avoir fait de fautes. :)

2012-11-26T20:08:56+01:00

Le pire, si j'y réfléchissais, c'est que c'est moi qui avais enclenché le processus en lui offrant le matériel et l'abonnement à Gold-Sport, deux ans plus tôt pour son anniversaire... Et quand je voulais être sincère, j'arrivais à m'avouer que j'avais une idée derrière la tête en choisissant ce cadeau: le retenir à la maison, samedis soir et dimanches après-midi tout au long de la saison footballistique. Le couper de toute cette bande de supporters assoiffés qui lui volait ses week-ends. Je le revoyais qui déballait la parabole, plus heureux encore que le gamin qu'elle imaginait, agenouillé près du sapin de Noël devant son premier vélo. Nous avions passé deux jours entiers à déterminer le meilleur angle de réception, puis à installer la coupole sur le toit du pavillon.