Bonjour, pouvez vous me traduire ce texte en français sans google traduction SVP




1RE PARTIE

If you shut your eyes and are a lucky one, you may see at times a shapeless pool of lovely pale colours suspended in the darkness; then if you squeeze your eyes tighter, the pool begins to take shape, and the colours become so vivid that with another squeeze they must go on fire. But just before they go on fire you see the lagoon. This is the nearest you ever get to it on the mainland, just one heavenly moment; if there could be two moments you might see the surf and hear the mermaids singing. The children often spent long summer days on this lagoon, swimming or floating most of the time, playing the mermaid games in the water, and so forth. You must not think from this that the mermaids were on friendly terms with them: on the contrary, it was among Wendy’s lasting regrets that all the time she was on the island she never had a civil word from one of them. When she stole softly to the edge of the lagoon she might see them by the score, especially on Marooners’ Rock, where they loved to bask, combing out their hair in a lazy way that quite irritated her; or she might even swim, on tiptoe as it were, to within a yard of them, but then they saw her and dived, probably splashing her with their tails, not by accident, but intentionally. They treated all the boys in the same way, except of course Peter, who chatted with them on Marooners’ Rock by the hour, and sat on their tails when they got cheeky. It must also have been rather pretty to see the children resting on a rock for half an hour after their mid-day meal. Wendy insisted on their doing tthis, and it had to be a real rest even though the meal was make-believe. So they lay there in the sun, and their bodies glistened in it, while she sat beside them and looked important.

2ÈME partie

It was one such day, and they were all on Marooners’ Rock. The rock was not much larger than their great bed, but of course they all knew how not to take up much room, and they were dozing, or at least lying with their eyes shut, and pinching occasionally when they thought Wendy was not looking. She was very busy, stitching.
While she stitched a change came to the lagoon. Little shivers ran over it, and the sun went away and shadows stole across the water, turning it cold. Wendy could no longer see to thread her needle, and when she looked up, the lagoon that had always hitherto been such a laughing place seemed formidable and unfriendly.
It was not, she knew, that night had come, but something as dark as night had come. No, worse than that. It had not come, but it had sent that shiver through the sea to say that it was coming. What was it?
There crowded upon her all the stories she had been told of Marooners’ Rock, so called because evil captains put sailors on it and leave them there to drown. They drown when the tide rises, for then it is submerged.
Of course she should have roused the children at once; not merely because of the unknown that was stalking toward them, but because it was no longer good for them to sleep on a rock grown chilly. But she was a young mother and she did not know this; she thought you simply must stick to your rule about half an hour after the mid-day meal. So, though fear was upon her, and she longed to hear male voices, she would not waken them. Even when she heard the sound of muffled oars, though her heart was in her mouth, she did not waken them. She stood over them to let them have their sleep out. Was it not brave of Wendy?
It was well for those boys then that there was one among them who could sniff danger even in his sleep. Peter sprang erect, as wide awake at once as a dog, and with one warning cry he roused the others.
He stood motionless, one hand to his ear.
«Pirates!» he cried. The others came closer to him. A strange smile was playing about his face, and Wendy saw it and shuddered. While that smile was on his face no one dared address him; all they could do was to stand ready to obey. The order came sharp and incisive. «Dive!»
«The Mermaids’ Lagoon», Peter Pan by J. M. Barrie, 1911.



1
sans l'aide de google traduction :

Réponses

2014-04-25T07:28:01+02:00
Si vous fermez vos yeux et êtes chanceux, vous pouvez voir parfois une piscine difforme de belles couleurs pâles suspendues dans l'obscurité ; alors si vous serrez vos yeux plus serrés, la piscine commence à se dessiner, et les couleurs deviennent si vives qu'à une autrecompression elles doivent être assorties sur le feu. Mais juste avant qu'elles aillent sur le feu vous voyez la lagune. C'est le plus proche que vous lui obtenez jamais sur le continent, juste un moment merveilleux ; s'il pourrait y avoir deux moments vous pourriez voir le ressac et entendre le chant de sirènes. Les enfants ont souvent passé de longues journées d'été sur cette lagune, nageant ou flottant le plus souvent, jouant les jeux de sirène dans l'eau, et ainsi de suite. Vous ne devez pas penser de ceci que les sirènes étaient en bons termes avec eux : au contraire, c'était parmi les regrets durables de Wendy que tout le temps elle était

sur l'île qu'elle n'a jamais eu un mot civil de l'un d'entre eux. Quand elle a volé doucement au bord de la lagune qu'elle pourrait les voir par le score, particulièrement sur la roche de Marooners, où ils ont aimé se dorer, se peignant les cheveux d'une manière dont paresseuse l'a irritée tout à fait ; ou elle pourrait même nager, sur la pointe des pieds comme si elle étaient, à dans une cour de eux, mais d'autre part ils l'ont vue et ont plongé, l'éclaboussant probablement de leurs queues, pas accidentellement, mais intentionnellement. Elles ont traité tous les garçons de la même manière, excepté naturellement Peter, qui a causé avec eux sur la roche de Marooners à l'heure, et se sont reposées sur leurs queues quand elles sont devenues effrontées. Elle doit également avoir été plutôt jolie pour voir les enfants se reposer sur une roche pour une
demi-heure après leur repas de midi. Wendy a insisté sur leurs tthis faisants, et c'a dû être un vrai repos quoique le repas ait été imaginaire. Ainsi ils s'étendent là au soleil, et leurs corps ont scintillé dans lui, alors qu'elle s'asseyait près de eux et semblait importante.

partie2
était un tel jour, et ils étaient tous sur la roche de Marooners. La roche n'était pas beaucoup plus grande que leur grand lit, mais naturellement ils tous ont su ne pas prendre beaucoup de pièce, et eux somnolaient, ou au moins le mensonge avec leurs yeux a fermé, et le pincement de temps en temps quand ils ont pensé de Wendy ne regardait pas. Elle était très occupée, piquant.
Tandis qu'elle piquait un changement est venu à la lagune. Peu de frissons l'ont couru plus de, et le soleil est parti et étole d'ombres à travers l'eau, la tournant froide. Wendy pourrait plus ne voir pour fileter son aiguille, et quand elle a recherché, la lagune qui avait toujours jusque là été un endroit si riant a semblé formidable et peu amicale.
Il n'était pas, elle a su, que la nuit était venue, mais quelque chose aussi foncée que la nuit était venue. Non, plus mauvais que cela. Ellen'était pas venue, mais elle avait envoyé ce frisson par la mer pour indiquer qu'elle venait. Quel était-il ?
Là serré sur ses toutes les histoires elle avait été racontée la roche de Marooners, soi-disant parce que les marins mis par capitaines mauvais là-dessus et les laisse là pour se noyer. Ils se noient quand les hausses de marée, parce que alors lui est submergées.
Naturellement elle devrait avoir suscité les enfants immédiatement ; pas simplement en raison de l'inconnu qui égrappait vers eux, mais parce qu'il n'était plus bon que ils dorment sur une roche développée fraîche. Mais elle était une jeune mère et elle n'a pas connu ceci ; elle a pensé que vous simplement devez vou'en tenir à votre règle au sujet d'une demi-heure après le repas de midi. Ainsi, bien que la crainte ait été sur elle, et elle a désiré ardemment pour entendre les voix masculines, elle ne se réveillerait pas les. Même lorsqu'elle a entendu le bruit des avirons insonorisés, bien que son coeur ait été dans sa bouche, elle ne s'est pas réveillée les. Elle s'est tenue au-dessus de eux pour les laisser avoir leur sommeil. N'était-il pas courageux de Wendy ?
C'était bien pour ces garçons puis qu'il y avait d'un parmi eux qui pourraient renifler le danger même dans son sommeil. Peter a jailli droit, aussi au loin éveillé immédiatement comme chien, et avec un cri d'avertissement il a suscité les autres.
Il s'est tenu immobile, une main à son oreille. qu'ils pourraient faire était de se tenir prêt à obéir. L'ordre est venu pointu et incisif. « Piqué ! »
« La lagune des sirènes », Peter Pan par J.M. Barrie, 1911.

« Pirates ! » il a pleuré. Les autres sont venus plus près de lui. Un sourire étrange jouait au sujet de son visage, et Wendy l'a vu et a frissonné. Tandis que ce sourire n'était sur son visage personne osé adressez-vous à lui ; tout