Inventer un récit réaliste à partir du tableau (en pièce jointe).
SUJET: L'homme qui est appuyé à la barrière va tomber par-dessus bord.
Expliquez la réaction des personnages.

Consignes d'écriture:
1°) Paragraphe 1: Il faut décrire l'ambiance à cette terrasse de restaurant.
2°) Paragraphe 2: L'homme appuyé à la barrière tombe. Décrivez cette scène et la réaction des autres personnages.
3°) Le dernier paragraphe donne la raison de cette chute.

1

Réponses

Meilleure réponse !
2014-04-17T18:25:08+02:00
Il règne une joyeuse ambiance sur la terrasse cet après midi. Il fait un temps idyllique , l'air est tiède avec un léger vent du sud. On se croirait dans une île du sud. Les voix, égayées par le vin chantent un peu ce bon repas et l'amitié qui coule avec le vin. Il fait bon vivre,  les dames papotent comme jacassent les perruches et les hommes , repus de nourriture et de boisson, se laissent aller au charme de l'instant . La vie est douce et molle, les femmes sont belles , c'est dimanche et le travail est loin. On est heureux.

Un homme se laisse aller contre la balustrade , il s'appuie des deux mains , savoure la douceur de l'air et se perd dans le ciel. La vie est savoureuse, son corps est si léger qu'il le confie tout entier au bois qui le supporte et qu'il sent solide sous ses mains. il pousse sur ses pieds pour s'étendre comme le ferait un chat repus.Tout à coup, son gémissement de bonheur se transforme en un râle de surprise . Le bois gémit aussi et dans un craquement sinistre cède sous le poids de l'homme. La stupeur se marque sur le visage de l'heureux, sa bouche s'ouvre, il ne crie pas, il n'a plus de voix. Ses mains cherchent l'appui qui se dérobe et s'y cramponnent désespérément. Son buste très lentement bascule, puis disparaît dans la  ramure, deux pieds se dressent un instant agités de soubresauts ridicules , c'en est presque drôle. 
Une dame part d'un rire  hystérique en montrant du doigt le trou où a disparu l'homme , les autres, d'abord stupéfaits, ne comprennent pas tout de suite ce qui se passe. Puis naît un malaise , ils se regardent incrédules, que se passe-t-il? les  bouches des hommes s'ouvrent comme pour faire des ronds de fumée, l'horreur doucement de peint sur les visages des femmes. Personnes ne bouge. Enfin la dame qui s'appuyait aussi sur la balustrade s'en écarte avec effroi.Un homme se précipite, Jean, tout va bien? Jean répond, où es tu? Un faible gémissement monte du fond du bois. " il est vivant" crient- ils en chœur. Alors s'organise le sauvetage, vite une échelle! C'est trop haut, certains déjà descendent au rez de chaussée. La porte du bas s'ouvre et on court vers un amas de branches cassées sur lequel trône un canotier. Jean est sauvé.

Un examen minutieux de la rambarde montre les coupables de l'attentat. Une multitude de trous de vers crible le bois aux abords de la cassure. Le bois était vermoulu est à cédé sous le poids de Jean. Il en sera quitte pour boire un bon coup. Patron sortez l'anisette, vous lui devez bien ça.