Quelqu'un aurai-t-il le courage de me corriger cela ? Merci d'avance <3


L’inexistence
de l'enfance.

Etre
enfant. Etres enfant ça signifie quoi au finale ? Etre agé de
moins de 12 ans, jouer a la poupée, et pleurer pour un genoux
écorché ? D'apres le dictionnaire l'enfance une période
établie de la naissance jusqu'à l'adolescence. Une période
heureuse. Gravé de joie, gravé de mains un peu érafflée, gravé
de pleure, de doudou déchiré, de guenilles que l'on a trop aimé.

Déja
petite, je voulais être dans la
norme de ce pays, je voulais pouvoir me dire « Je suis un
enfant, c'est pas pour moi, c'est pour les grands ». Mais non,
la vie me voulais grande, non-innocente, consciente. La vie a voulus
que je soie responsable, que je soie aimable, polie, souriante, et
incomprise. Incomprise au yeux des grands, incomprise au yeux de mes
parents. Moi je l'ai comprenais, du moins j'essayais de comprendre
leurs connerie d'adulte. Mais eux, quand m'ont ils écouté ?
Quand m'ont-il cru quand je leurs criais que mon papa étaient fou ?
Jamais. Ils n'ont jamais voulus admettre la violence de cet homme.
Apres tout je n'étais qu'une petite fille. Et les petite fille
mentent, chiale pour rien, les petite filles veulent ce sentir
vivente au yeux des gens. Alors on les regardes, on leurs souris, on
hoche la tête et on leurs dis « Ne dis pas de bêtises, allé
va jouer avec ta nouvelle barbie. »


Pourquoi ?
Pourquoi étais-je concidéré immature et percécuté ?
Pourquoi ne pas m'écouter... Papa tappe maman, et moi je cris
désespérément. Je crie a laide. Mais ma petite taille change tout.
Tellement petite, tellement conne c'est ça ? Non. J'avais la
tête sur les épaules. J'avais du poisons dans les veines.


J'avais
cinq ans, dans mes yeux aucune lueurs d'émerveillemet. J'avais cinq
ans, et je haïssais déjà les grands.


2
en ortographe?
Oui sil vous plais !
Je ne sais pas pourquoi ça retoune a la ligne ...
????

Réponses

Meilleure réponse !
2014-03-27T20:23:12+01:00
L’inexistence de l'enfance.

Être enfant. Être enfant cela signifie quoi au final ? Etre âgé de moins de 12 ans, jouer à la poupée, ou pleurer pour un genou écorché ? D'après le dictionnaire, l'enfance est une période établie de la naissance jusqu'à l'adolescence. Une période
heureuse. Gravée de joie, gravée de mains un peu éraflées, gravée de pleurs, de "doudous" déchirés, de guenilles que l'on a trop aimées.

Déjà petite, je voulais être dans la norme de ce pays, je voulais pouvoir me dire « Je suis un enfant, ce n'est pas pour moi, c'est pour les grands ». Mais non, la vie me voulait grande, non-innocente, consciente. La vie a voulu que je sois responsable, que je sois aimable, polie, souriante, mais aussi incomprise, incomprise au yeux des adultes, incomprise au yeux de mes parents. Moi je les comprenais, du moins j'essayais de comprendre leurs bêtises d'adulte. Mais eux, quand m'ont ils écouté ?
M'ont-il crue lorsque je leur criais que mon papa était fou ?
Jamais. Ils n'ont jamais voulu admettre la violence de cet homme. Après tout je n'étais qu'une petite fille. Et les petites filles mentent, pleurnichent, les petite filles veulent se sentir vivantes au yeux des gens. Alors on les regarde, on leur sourit, on
hoche la tête et on leur dit « Ne dis pas de bêtises, aller, va jouer avec ta nouvelle "Barbie". »

Pourquoi ?
Pourquoi étais-je considérée immature et persécutée ?
Pourquoi ne pas m'avoir écoutée... Papa tape maman, et moi je cris désespérément. Je crie à l'aide. Mais ma petite taille change tout. Tellement petite, tellement stupide, c'est bien cela, non ?. J'avais la tête sur les épaules, j'avais du poison dans les veines.
J'avais cinq ans, dans mes yeux aucune lueur d'émerveillement. J'avais cinq
ans, et je haïssais déjà les grands.
..

2014-03-27T22:20:22+01:00
L’inexistence
de l'enfance.

Etre enfant. Etre enfant ça signifie quoi au final ? Etre âgée de
moins de 12 ans, jouer à la poupée, et pleurer pour un genou
écorché ? D'après le dictionnaire l'enfance une période
établie de la naissance jusqu'à l'adolescence. Une période
heureuse. Gravée de joie, gravée de mains un peu éraflées, gravée
de pleurs, de doudous déchirés, de guenilles que l'on a trop aimées.

Déjà petite, je voulais être dans la
norme de ce pays, je voulais pouvoir me dire « Je suis un
enfant, c'est pas pour moi, c'est pour les grands ». Mais non,
la vie me voulait grande, non-innocente, consciente. La vie a voulu
que je sois responsable, que je sois aimable, polie, souriante, et
incomprise. Incomprise au yeux des grands, incomprise aux yeux de mes
parents. Moi je les comprenais, du moins j'essayais de comprendre
leur connerie d'adulte. Mais eux, quand m'ont-ils écoutée ?
Quand m'ont-ils crue quand je leur criais que mon papa était fou ?
Jamais. Ils n'ont jamais voulu admettre la violence de cet homme.
Après tout je n'étais qu'une petite fille. Et les petites filles
mentent, chialent pour rien, les petites filles veulent se sentir
vivantes aux yeux des gens. Alors on les regarde, on leur sourit, on
hoche la tête et on leur dit « Ne dis pas de bêtises, allez
va jouer avec ta nouvelle Barbie. »


Pourquoi ?
Pourquoi étais-je considérée immature et persécutée ?
Pourquoi ne pas m'écouter... Papa tape maman, et moi je crie
désespérément. Je crie à  l'aide. Mais ma petite taille change tout.
Tellement petite, tellement conne c'est ça ? Non. J'avais la
tête sur les épaules. J'avais du poison dans les veines.


J'avais cinq ans, dans mes yeux aucune lueur d’émerveillement. J'avais cinq
ans, et je haïssais déjà les grands.