Je doit rendre une explication de texte sur le texte de herbert marcuse eros et civilisation dans lequel il parle de la psychanalyse et notamment de la thérapeutique psychanalytique. Bref j'ai deja commencé mon introduction et donc j'aimerais savoir si mes questions sont correctes ou si c'est totalement hors sujet Voila :

" Qui sommes-nous réellement ? En effet, qu’est ce qui fait de nous un être appart entière alors que nous vivons dans la même civilisation ? Sommes-nous seulement des pions dans l’échiquier de la société ?

Marcuse nous montre en approfondissant les idées de Freud sur la question, que pour lui, l’Homme n’est qu’objet. En effet, pour faire partie de cette société on doit mettre de côté le plaisir, qu’il soit intellectuel ou même sexuelle. De ce fait, l’Homme n’est jamais libre de faire ce qu’il entend. Cette pulsion une fois refoulée, passe dans le ça entrainant la maladie de l’individu, qui est donc causé par la société. Mais alors, on entreprend de soigner l’individu afin de le renvoyer dans la société. N’est-ce pas un peu absurde ? C’est comme si on disait à une personne guérie de la peste d’aller à Athènes. Marcuse défend donc le plaisir naturel, qui pour lui ne doit pas être écarté. Mais alors la société est-elle réellement favorable aux Hommes ? Ne doit-on pas plutôt laisser l’Homme exprimer ses plaisirs et ses pulsions ? "

Merci d'avance pour votre aide

1
moi je trouve ton texte super bien fait bravo
merci

Réponses

2014-03-06T10:39:53+01:00
Marcus  est vu comme un penseur car dans ses écris il  justifie des phénomènes psychologiques et de surcroit aussi sur la politique,il pense à l'homme sur sa façon de faire de l'autorité sur le plan familial et le travail , il est pour la liberté de chacun libre de faire ses choix et non de se faire manipuler , l'homme a le droit de contester ce que l'on lui impose , Marcuse est un conformiste , il est contre la névrose car pour lui c'est de la soumission , il veut redonner à l'homme la liberté que ce soit dans la vie intime ainsi que dans la société car l'homme doit toujours lutter pour se faire entendre